octobre 2016 - La plume d'Élhadi

Mois : octobre 2016

Two cinema tickets.

Quel film pour ce soir ? (suite)

Comme il fait un temps à rester dans le fauteuil devant la cheminée allumée, voici ma nouvelle sélection de films à voir… Enjoy !

Rencontre avec Joe Black

Une nuit le magnat William Parrish ressent une violente douleur tandis qu’une voix surgissant des ténèbres lui annonce sa mort prochaine. A ce moment-la, un jeune inconnu se présente a son domicile pour l’accompagner a son dernier voyage. Ce messager de l’au-delà impose a Parrish de l’héberger chez lui afin de lui donner l’occasion de partager un temps les expériences, les joies, les émotions et les drames des vivants, qui semblent lui être étrangers. En l’espace de trois jours, Joe Black révélera toute la famille Parrish a elle-même.

The foutain : attention on aime ou on déteste !

The Fountain raconte le combat à travers les âges d’un homme pour sauver la femme qu’il aime.
Espagne, XVIe siècle. Le conquistador Tomas part en quête de la légendaire Fontaine de jouvence, censée offrir l’immortalité.
Aujourd’hui. Un scientifique nommé Tommy Creo cherche désespérément le traitement capable de guérir le cancer qui ronge son épouse, Izzi.
Au XXVIe siècle, Tom, un astronaute, voyage à travers l’espace et prend peu à peu conscience des mystères qui le hantent depuis un millénaire.
Les trois histoires convergent vers une seule et même vérité, quand les Thomas des trois époques – le guerrier, le scientifique et l’explorateur – parviennent enfin à trouver la paix face à la vie, l’amour, la mort et la renaissance.

Printemps, été, automne, hiver… et printemps !

Un maître zen et son disciple vivent au cœur d’un temple bouddhiste en bois : au fil des saisons, leurs sentiments évoluent…

Les femmes du 6e étage

Paris, années 60. Jean-Louis Joubert, agent de change rigoureux et père de famille « coincé », découvre qu’une joyeuse cohorte de bonnes espagnoles vit… au sixième étage de son immeuble bourgeois.
Maria, la jeune femme qui travaille sous son toit, lui fait découvrir un univers exubérant et folklorique à l’opposé des manières et de l’austérité de son milieu. Touché par ces femmes pleines de vie, il se laisse aller et goûte avec émotion aux plaisirs simples pour la première fois. Mais peut-on vraiment changer de vie à 45 ans ?

Conversation avec Dieu

La vie de Neale s’écroule par moments. Sans travail, sans famille, sans toit… Il ne manquait plus qu’il se fracture le cou dans un accident de circulation pour qu’il abandonne le combat et atterrisse dans un camping pour indigents, oublié de la main de Dieu. Devant un tel panorama, Neale devra se décider entre deux options: se laisser aller à son sort ou partir en quête de soi-même et chercher sans relâche les réponses qui lui donnent la force nécessaire pour tout recommencer.

Bagdad café J’adore ce petit bijou !

Après une scène de ménage Jasmin atterrit au Bagdad Café, motel minable entre Disneyland et Las Vegas. La patronne, Brenda, Noire tapageuse et insatisfaite, règne sur tout un petit monde de routiers et de personnages énigmatiques. Peu à peu, Jasmin se fait apprécier de tous et remet même le café à flot grâce à « Magic », une boite de magie avec laquelle elle monte des tours assistée de Brenda. Entre les deux femmes va naître une solide amitié.

 

Hors du temps

Clare aime Henry depuis toujours. Elle est convaincue qu’ils sont destinés l’un à l’autre, même si elle ne sait jamais quand ils seront séparés… Henry est en effet un voyageur du temps. Il souffre d’une anomalie génétique très rare qui l’oblige à vivre selon un déroulement du temps différent : il va et vient à travers les années sans le moindre contrôle sur ce phénomène.
Même si les voyages d’Henry les séparent sans prévenir, même s’ils ignorent lorsqu’ils se retrouveront, Clare tente désespérément de faire sa vie avec celui qu’elle aime par-dessus tout…

Angel A

Un jeune homme qui ne s’aime pas va apprendre à s’aimer au contact d’une jeune femme qu’il rencontre à Paris…

Source Code

Colter Stevens se réveille en sursaut dans un train à destination de Chicago. Amnésique, il n’a aucun souvenir d’être monté dedans. Pire encore, les passagers du train se comportent avec lui avec familiarité alors qu’il ne les a jamais vus. Désorienté, il cherche à comprendre ce qui se passe mais une bombe explose tuant tout le monde à bord.
Colter se réveille alors dans un caisson étrange et découvre qu’il participe à un procédé expérimental permettant de se projeter dans le corps d’une personne et de revivre les 8 dernières minutes de sa vie. Sa mission : revivre sans cesse les quelques minutes précédant l’explosion afin d’identifier et d’arrêter les auteurs de l’attentat. A chaque échec, les chances de pouvoir revenir dans le passé s’amenuisent.
Alors qu’il essaie d’empêcher l’explosion, ses supérieurs lui apprennent qu’un deuxième attentat est en préparation en plein cœur de Chicago et qu’il ne s’agit plus de protéger les quelques passagers du train mais la ville toute entière. La course contre la montre commence…

 

orchidee-aigrette-blanche

Ce fut une belle journée pour t’accompagner…

Ce fut une belle journée pour t’accompagner, une journée ensoleillée avec juste quelques moutons blancs pour friser ce magnifique ciel bleu.

Enfants, petits-enfants, famille, amis, collègues, apprentis, anciens élèves, compagnons, tout le monde était là, parmi les fleurs !

Assis ou debout au fond de la petite église pleine à craquer, nous avons écouté s’égrener au fil des mots et des émotions, chacune des vies professionnelles qui ont jalonné ton atypique et riche parcours terrestre.

Toujours les mêmes mots qui reviennent : engagement, fraternité, provocateur, serviable, têtu, fiable, bon vivant, disponible…

Et puis voilà, à présent ton corps repose en paix dans le petit cimetière, alors adieu l’ami et bonne route !

mot_jour_300_200

Aujourd’hui j’ai allumé la cheminée pour réchauffer mon cœur !

feu-de-cheminee« Un whisky pur malt ; un cigare ; le chat qui ronronne ; un bon livre.
Un disque de jazz aux cuivres bien moelleux.
Un vieux fauteuil, fatigué, mais juste ce qu’il faut.
Et le feu qui crépite dans la cheminée ».

C’est une certaine idée du bonheur, non ?

 Oui, mais aujourd’hui ce sera intériorité, petite flambée, café et repose pied pour ma cheville toujours enflée. Contrairement aux feuilles qui tombent en automne pour fertiliser le sol, lorsque je tombe dans l’escalier, je ne fais que me disloquer !

Intériorité, car demain nous allons accompagner notre ami Claude, pour son dernier voyage terrestre. Tellement de souvenirs, nous avons tellement œuvré et ri ensemble, que j’ai envie de crier :

Bien sûr, tu as quitté ton corps terrestre, mais jamais tu ne mourras, car les actes ne meurent pas et les résonances sont infinies.

Bien sûr, tes pas se sont arrêtés, mais ils ont laissé des traces éternelles sur nos routes et je veux croire que tu es parti pour un nouveau voyage, une nouvelle aventure, une nouvelle expérience.

Bien sûr, ton départ est comme une porte qui se ferme et nous claque brusquement au nez, mais j’aime à penser que c’est ton passage vers d’autres paysages, d’autres destinées.

Bien sûr, ton départ laisse un silence que l’on entend hurler aux vivants : « écoutez combien est précieuse et fragile, la note de la vie ! »

Nous avons tant d’obstacles à franchir pour atteindre le bonheur.

Puis nous devons tout quitter et tout laisser : nos bonheurs, nos douleurs et même nos rancœurs.

Seul alors reste le cœur, pour nous guider.

Puissent tous nos cœurs t’accompagner vers cet ailleurs…

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén