janvier 2017 - La plume d'Élhadi

Mois : janvier 2017 (Page 1 sur 2)

Aloha-Colorful-Flowers-Picture

Dernière sortie en mer : Kealakekua Bay…

Mercredi 11 janvier 2017,

dragonrouge2_r

Hou là là, un sommeil de bûche, mais un peu bizarre ! Ce matin j’ai l’impression d’avoir intégré un dragon ! Des sensations étranges dans la colonne vertébrale, dans les côtes et dans les mâchoires.

Aujourd’hui, nouvelle et dernière journée en mer ! Bon cette fois-ci je vais pouvoir me jeter à l’eau, c’est ma dernière possibilité, alors… Petit déjeuner comme d’habitude vers 7 heures, ensuite séance de chi quong avec son Altesse et à 10 heures tout le monde est sur le pont pour le départ avec Rayleen. Comme d’habitude, 2 heures de route avec le petit arrêt pipi au centre d’achats et nous arrivons à l’embarcadère.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tiens, le chien n’est pas là, ouille, ça craint ! Mais non, ce sera relativement calme ! Tranquillement nous déjeunons sur le bateau en compagnie des membres d’équipage (sauf le capitaine qui pilote, c’est Jasmine qui lui porte à manger) et nous apprécions la mer et le soleil.

KealakekuaBay-r

Nokbay1us profitons de la compagnie des dauphins, toujours aussi nombreux, toujours aussi joyeux et joueurs. Le capitaine longe parfois la côte pour nous faire admirer des petites baies où l’eau est turquoise et transparente et où les vagues se fracassent sur la côte escarpée et noire ; de vrais petits bijoux ! Enfin nous arrivons à Kealakekua Bay. Cette région est une zone de conservation de la vie marine, interdisant la pêche et donc un lieu privilégié pour la plongée.

palmes_rLà, plus d’échappatoire, c’est le moment de poser les lunettes pour mettre le masque et le tuba (les palmes je ne peux pas avec mes pieds enflés !) et la frite : on n’exagère pas tout de même, sauter du bateau (chose que je n’avais jamais faite de ma vie !) sans frite : pure hérésie ! ^^ 1, 2, 3 et hop me voilà dans l’eau…

Avouez que vous n’y croyiez plus hein… ! Et bien si, me voilà à regarder le fond de l’eau ! Non mais, vous vous rendez compte… moi qui ai peur de la profondeur, je regarde le fond de l’eau ! D’accord je vous l’accorde ça n’est pas très profond, 3 ou 4 mètres. Pas comme à l’avant dernière sortie où il y avait 1100 m de profondeur… là je syncope ! ^^

Kealakekua-145_rEh bien, c’est comme si nous avions plongé dans un aquarium tropical… des coraux, des minuscules méduses ? et plein de poissons de toutes les couleurs, une vraie merveille. maxresdefault_rEt, pour nos sirènes, pour celles qui se sont bien plus éloignées du bateau que moi, le privilège de nager avec les dauphins de la baie, un grand moment pour chacune.

Après être remontée sur le bateau par l’échelle… au retour de la baignade donc, nous croisons un paquebot à l’ancre, qui débarque son flot de passagers sur la côte. À toute vitesse des bateaux navettes entièrement fermés, telles des boîtes de conserves flottantes et motorisées, font l’aller-retour en alternance.  Les touristes ne peuvent apercevoir les dauphins qui joyeusement sautent, qu’au travers de petits hublots. Quelle tristesse de ne pas être présents et conscients de ces instants fabuleux de communion avec les dauphins ! Enfin chacun son trip !

porte2_rPour notre dernière sortie, le capitaine nous offre de nous rendre dans une baie spéciale pour faire la photo de groupe. Vraiment, je vous garantis que c’est un as du pilotage et de la manœuvre, car la baie est petite et l’océan se brise fort contre les rochers ! Et surprise, c’est une baie dans laquelle nous découvrons une porte. Cadeaux, cadeaux et encore cadeaux ! Puis nous revenons au port où nous prenons le temps remercier et de dire au revoir au capitaine et à son équipage. Toujours émouvants les au revoir !

Une petite collation dans le van et c’est le retour vers le Centre par une route « spéciale » qui monte à 2000 m d’altitude, avec une alternance de passages carrossables et d’autres défoncés, du brouillard qui donne une impression surréaliste… Si nous avions besoin de nous faire secouer pour assimiler toutes les énergies que nous avons reçues, le pas-sage est fait.

Nous arrivons avec un peu de retard vers 19 h. 19 h 30 dîner, douche et dodo.

Aloha-Colorful-Flowers-Picture

Journée randonnée au Volcan KILAUEA

Mardi 10 janvier 2017,

Aujourd’hui c’est journée de randonnée à la découverte de cratères volcaniques. L’un des volcans les plus actifs et des plus jeunes sur la terre, le KILAUEA est situé sur le flanc du MAUNA LOA. C’est là que nous nous rendrons pour activer le feu vibrant d’amour de notre cœur.

Pele-Jaggar-museum

Le nom Kilauea signifie « jaillissant » ou « s’étendant », en référence à l’éruption continue depuis 1983. Le Kilauea est un lieu essentiel dans la mythologie hawaiienne : il est considéré, par beaucoup, comme la maison de Pélé, la déesse du feu et des volcans.

C’est la dernière étape très importante pour moi et aujourd’hui, je marche parfaitement bien ! Départ 8 h 30 avec Rayleen que Jésabelle a réussi à garder comme chauffeur, son énergie féminine plus douce, moins pressée, moins nerveuse, nous convient bien mieux que celle de Marco ! ^^ 1 h 30 de route vers le musée du volcan que nous ne visiterons qu’en fin de parcours.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Premier cratère de volcan, près du musée, avec fumeroles et lave en fusion parfaitement visible, le tout sous un superbe soleil. Rarissime, selon les dires de Rayleen !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Puis petite marche jusqu’à un autre cratère, auprès duquel nous effectuons un petit travail avec de l’eau de Hawaï, filtrée par la lave du volcan. Nous bénéficions ensuite d’un temps d’intériorité, chacune pour soi. Mes deux pieds s’arrêtent, comme scotchés sur une pierre, et les yeux fermés, mes bras se mettent à bouger tout seuls, comme cette « Grande Dame » que je vois !

champ_lave_r

champs_lave_2Tout doucement nous revenons au van et nous partons pour le bord de mer en passant devant des hectares de terre recouvert de lave ; paysages étranges !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous déjeunons dans un endroit calme, loin des bateaux de croisière, après quoi nous nous préparons pour aller voir la « sea arch » ! Mais là, c’est plein de touristes qui arrivent par hordes !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il faut attendre et calculer le bon moment pour que Jésabelle puisse nous passer une par une devant cette porte « spéciale »… Je suis prête pour le grand final ! ^^ Prudente, elle demande à ma filleule d’être en appui. Waoow, heureusement qu’elle était là… sinon la fusée décollait ! ^^ Activation de mon élément feu : check !^^

J’ai le plexus cardiaque en feu et tout le long du retour je sens le travail qui se fait en moi. À l’arrivée je ne me sens pas vraiment stable, tous les réglages ne sont pas encore finalisés ! ^^

Douche, repos, repas et dodo, j’ai largement ma dose pour aujourd’hui !

Aloha-Colorful-Flowers-Picture

Troisième sortie en mer à la rencontre des dauphins…

Lundi 9 janvier 2017,

Aujourd’hui nouvelle matinée en mer. Bon bin… la nage avec les dauphins ce ne sera encore pas pour moi aujourd’hui ! Au lever mon pied est toujours enflé même si je peux le poser et marcher un peu plus normalement… plus de canne, je ne fais qu’emprunter une chevillière à Karen.

notre_bateau

Lorsque nous arrivons au port, nous voyons le chien sur le bateau ; la mer serait-elle calme aujourd’hui ? En effet, comme pour la première sortie, la mer est calme et les dauphins nous accompagnent en très grand nombre autour du bateau.

Tursiops_truncatus_01-croppedUn grand dauphin est même venu à oeil_dauphinl’avant, dans l’axe du bateau, nous a regardé de son bel œil et s’est tourné pour nager sur le dos et nous envoyer ses puissantes fréquences. Séquence émotions !

baleineau_rSur le chemin, nous avons ressenti les fréquences des baleines, que nous avons vues ou non et chose extraordinaire, à un moment donné, un baleineau est resté immobile sous le bateau arrêté ! Waoow… Des cadeaux, des cadeaux, toujours plus de cadeaux, nous sommes vraiment gâtées ! C’est toutes abasourdies par ce que nous venions de vivre, que nous avons repris le chemin du port.

dauphins-in-hawaii-120584Vous voulez nager avec les dauphins demande le capitaine en arrêtant le bateau ? Aussitôt le groupe se déplace à l’arrière du bateau, pour mettre masques, tubas et plonger, comme une joyeuse colonie de vacances ! Aujourd’hui encore je reste à l’avant ! Avec beaucoup de plaisir je vais filmer les nageuses, le magnifique cercle de lumière qu’elles forment au milieu de cette foule de dauphins joyeux et joueurs. Un moment de communion absolument magnifique, un de ces moments qui restent dans le cœur et la mémoire !

meditationDe retour au centre et après le repas, nous nous regroupons dans la salle de méditation afin de travailler sur un double problème de dissonance que nous avons rencontré aujourd’hui. Ces dissonances qui entraînent une baisse du niveau vibratoire, non seulement pour soi, mais aussi pour toutes les personnes autour de soi.

Ce travail nous permet de bien prendre conscience de l’importance d’être dans de bonnes et hautes vibrations lorsqu’on fait quelque chose, comme rédiger un mail par exemple, pour de ne pas distribuer notre pollution au(x) destinataire(s).

Après ce travail je me suis mise à monter très fort en fréquences et Jésabelle a dû procéder à un soin particulier, à la suite duquel j’ai continué à monter jusqu’à entrer en résonance avec les guides de mon plan vibratoire qui m’ont fait passer un message par son intermédiaire.

Si vous croyez que ce message est du style bisounours, peace & love, vous vous fourrez le doigt dans l’œil jusqu’au coude et au-delà, ces loulous sont plutôt du style commando d’élite ! Et, si le but de leur message était de me faire réagir, ils ont réussi, je suis très en colère avec un profond sentiment d’injustice… d’autant plus que je ne saisis pas l’es-sence de ce message.

Nous terminons notre après-midi par des exercices que l’on réalise sur nos bouteilles d’eau, sur notre corps pour expanser nos corps énergétiques… Une nouvelle canalisation (mais pas de mes guides cette fois) avec de nouveaux cadeaux énergétiques et nous partons nous reposer avant le repas.

hibiscusUn repas toujours aussi beau et aussi délicieux ! Alors que nous nous installons après les 30 secondes habituelles de partage avec Karen et son fils, je prends une fleur d’hibiscus et la glisse sur mon oreille en disant à Jésabelle, « ça c’est pour essayer de les amadouer, mes loulous ! ». Elle sourit, moi aussi, mais ma colère était toujours présente, jusqu’à ce que je mange une soupe trop épicée pour moi, qui a mis le feu à mon palais ! Feu contre feu, ma colère a disparue ! ^^

Fatiguée, je m’endors comme une bûche.

Aloha-Colorful-Flowers-Picture

Pétroglyphes et bain sacré de guérison…

Dimanche 8 janvier 2017,

Nous y revoilà ! La journée de dimanche se passe en deux temps : le matin, randonnée dans la réserve archéologique des pétroglyphes de PUAKO et l’après-midi, bain sacré de guérison dans la baie de HAPUNA BEACH.

Au lever, première constatation : je ne peux pas appuyer mon pied au sol ! Ah… pour marcher ça va être un peu duraille, aujourd’hui !^^ Je demande à Karen si elle n’a pas des béquilles, par hasard, vu tout ce qu’elle a dans sa trousse de premier secours…  La réponse et non, mais elle me prête deux bâtons de marche qui feront office de cannes !

Départ 8 h 30 et à 10 h, nous arrivons dans le parc. Cette matinée est dédiée à l’éveil des mémoires anciennes, lors d’une randonnée hautement vibratoire au contact des pétroglyphes. Les pétroglyphes sont des gravures effectuées dans la lave, composées de formes anthropomorphiques ou non.foret puako_r

Lorsque nous arrivons sur le site, de nombreux pétroglyphes sont déjà visibles bien avant même de prendre le sentier de randonnée dans une drôle de forêt !

Les pétroglyphes déclenchent chez moi de véritables « scud » énergétiques des pieds à la tête !

En voici quelques exemples.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

P7_r

Après la canalisation du matin, Jésabelle me recommande, compte tenu de ma mobilité réduite, de retourner en bord de mer les attendre. À petits pas, accompagnée de mes (wooden/walking) sticks, je m’en retourne au bord de l’eau.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Centrée dans mon cœur et focalisée sur le bruit des vagues, j’en profite pour respirer profondément et mettre ma cheville au repos sur le banc ! Privilège et joie immense, j’aperçois le souffle d’une baleine, ou plutôt à la forme du jet, le souffle d’un baleineau, un « juvénile » ! J’en profite au maximum jusqu’à ce qu’il reprenne le grand large.

Jésabelle et ses dames reviennent et me transmettent les vibrations du jour. Waoow, quelles sensations ! Encore une fois je suis obligée de maîtriser ma respiration pour ne pas décrocher. Merci à vous toutes mesdames pour ce partage !

Retour au van ou Rayleen nous attend pour nous emmener à la plage de sable blanc, (enfin, le sable des plages du Grau du Roi, de la Grande Motte ou de Carnon, quoi ! Mais c’est vrai que comparativement à la plage de sable noir, il est blanc ! ^^) à Hapuna Beach, pour le bain sacré de guérison de l’après-midi.

Hapuna-Beach-State-Park-Hawaii_r

Nous nous installons sur un coin de plage (dans le bouquet d’arbres, à gauche de la maison au toit vert, la plus à gauche sur la photo) avec des bois flottés en guise de sièges et prenons notre déjeuner, puis nous allons au bord de l’eau et au soleil. Nous bénéficierons, tour à tour, d’un temps privilégié dans l’eau, avec Jésabelle qui effectuera le soin et la reconnexion adéquate pour chacune d’entre nous.220px-Shaka-sign

17 h, retour au Centre. À chaque fois que Rayleen croise une connaissance, elle fait ce geste qui signifie bonjour !

Diner, puis je passe un peu de temps avec ma filleule et dodo car demain c’est un nouveau jour en mer !^^

 

Aloha-Colorful-Flowers-Picture

The Kahuna Falls center

 Dimanche 8 janvier 2017,

Avant de vous parler de cette nouvelle journée, je vais prendre le temps de vous présenter le centre car vraiment il est très beau dans cet écrin de végétation.

Voici la salle de méditation appelée le temple ainsi que la douche extérieure.

Temple_douche_extérieure_r

Cette même salle vue du jardin.

jardin

Cette superbe douche vue de l’extérieur et de l’intérieur.

douche exterieure_r

interieur de la douche exterieure_r

La coursive qui fait le tour du bâtiment principal.

centre_r

La cuisine ou Karen et son fils préparent les délicieux repas.

cuisine_r

La salle à manger et le salon.

salle_manger_r

Une des vérandas devant les chambres

veranda_r

La chambre.

chambre

Extraordinaire lieu de ressourcement, non ? Et surtout rien que pour nous !

Il me reste à présent à vous parler de pétroglyphes et de bain sacré… ce sera pour demain !^^

 

Aloha-Colorful-Flowers-Picture

Deuxième sortie en mer, nouveaux rendez-vous.

Samedi 7 janvier 2017,

dauphins-in-hawaii-120584Réveil naturel à 5 h… Ce qui est prévu pour aujourd’hui : petit déjeuner à 7 h 30, départ à 10 h pour le port et après-midi en mer. C’est décidé, aujourd’hui je vais nager avec les dauphins ! Je ne peux pas ne pas le faire ! Venir à Hawaï, en plein cœur du Pacifique et ne pas nager avec les dauphins, c’est inconcevable !

Après le petit déjeuner, alors que le groupe part faire de la marche afghane, son Altesse et moi restons au centre pour notre séance matinale de chi qong (respiration énergisante, centrage, assouplissements de la colonne vertébrale, des articulations, etc. etc.).

premiers_secoursQuand soudain, grand branle-bas de combat, tout le monde est demandé sur le chemin, l’amie de son Altesse vient de faire une chute. Immédiatement nous sommes à son chevet et Karen arrive avec la trousse de premier secours. Plus de peur que de mal, heureusement, même si son poignet douloureux doit être maintenu dans une orthèse.

10 h pétantes, nous sommes toutes sur le parking, prêtes à partir au port. Tient, ça n’est pas Mario ce matin, c’est Rayleen : une charmante jeune femme, très joviale et sympathique. Waoow, le changement d’énergie entre Mario et Rayleen est palpable ! Nous passons d’une conduite masculine nerveuse, sèche et rapide où l’on se faisait passablement secouer comme des pruniers à une conduite plus douce, plus fluide, plus délicate, une conduite féminine quoi ! ^^ Allez-y messieurs, vous êtes autorisés à râler, je ne vous entends pas. ^^

Après 2 heures de route, nous arrivons et voyons dans le port, sur les rochers près du bateau, une tortue qui dort ; oui oui, elle dort, le capitaine me le confirme, elle n’est pas morte, de temps en temps elle soulève la tête et ouvre un œil.

Nous montons à l’arrière du bateau, – tient le chien n’est pas là- car nous allons déjeuner sur l’eau aujourd’hui. Nous sortons du port et là, je constate avec horreur que la mer est houleuse et que ça mouille beaucoup sur le bateau. Bon, eh bien ça n’est pas aujourd’hui que je vais aller nager avec les dauphins, c’est sûr ! raies-mantas-de-kona-in-hawaii-46779Un appel pour que chacun passe sur le pont avant car nous croisons deux raies mantas qui nous envoient leurs énergies. Après les avoir vues, gentiment je m’assieds, en faisant attention de bien me cramponner au bastingage.

Mais la houle est forte, ça claque, ça tangue, ça roule, je me fais tremper et secouer dans tous les sens, tant est si bien qu’en un instant je me fais soulever, éjecter de là où je suis assise, je glisse, essaye de me rattraper, me tord la cheville gauche et me retrouve une jambe de chaque côté du montant du garde-corps, cramponnée du mieux que je peux. Oooups, je n’ai pas tout compris sur ce coup-là… Surréaliste, les amis, ce qui vient de se passer… je n’ai même pas eu le temps d’avoir peur ! ^^

Allez, après la cheville droite, voilà que je me tords la cheville gauche ! Jésabelle arrive (elle a le pied marin, elle^^) et me demande quelle est mon initiation : l’équilibre !

Le message qu’on lui fait passer est que je me suis occupée de l’extérieur de mes pieds (oui j’ai mis du vernis sur les ongles de mes orteils) mais je ne me suis pas occupée de l’intérieur. Je ne me suis pas auto-soigné ma cheville droite, alors que je peux le faire. En conséquence, ma cheville gauche se retrouve avec le même problème : équilibre !

Elle me demande donc de faire en sorte de stopper immédiatement le feu de l’entorse en utilisant mes yeux, car il n’y a pas que les mains pour soigner ! C’est ok, je sais le faire. Du coup, pour éviter une nouvelle chute je reste assise à l’avant, cramponnée au bastingage comme un noyé à sa bouée salvatrice ! ^^

Nous sommes à présent accompagnés par des dauphins, une multitude de dauphins, dont un spécialement pour moi, me dit Jésabelle, il est effectivement à côté de moi pour un petit moment. La houle est toujours forte et nous nous faisons de plus en plus secouer et mouiller. Je commence franchement à avoir froid, ruisselante d’eau de la racine des cheveux au vernis à ongle de mes orteils ! ^^

Nous recevons les vibrations d’une baleine que nous ne verrons pas et croisons des requins marteaux. Deux membres de l’équipage ont plongé pour les observer, grand bien leur fasse ! Enfin nous rentrons au port, en ce qui me concerne, trempée jusqu’à la moelle des os, frigorifiée et me déplaçant sur le bout des orteils. Les deux heures de van vont paraître longues !

Vite une bonne douche chaude et des vêtements secs, après quoi nous allons dîner.

21 h 10 au lit !

Aloha-Colorful-Flowers-Picture

Journée nature : AKAKA FALLS et jardin botanique.

Vendredi 6 janvier 2017,

C’est une journée plus en douceur qui s’annonce aujourd’hui, une journée de contact avec les élémentaux de la nature. Au programme du matin : AKAKA FALLS et de l’après-midi : jardin botanique.

Comme nous sommes dans une journée nature, j’en profite pour vous présenter le cadre de notre lieu d’hébergement lui aussi en pleine nature : The Center At Kahuna Falls (certaines photos prises le soir de mon arrivée, pas très longtemps avant la nuit, manquent évidemment de soleil…^^).

chemin

eucalyptus_rLe chemin près au centre, est bordé de grands eucalyptus (arbres à papier) et de magnifiques et gigantesques autres arbres dans lesquels le vent joue et crée une agréable musique cristalline semblable à de l’eau qui court.

le domaineparc2_r

Le domaine, duquel on voit l’Océan Pacifique est absolument fabuleux, magnifiquement entretenu ; tout est calme et zen.

regime3_r

Bien entendu la végétation est

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERAluxuriante et exubérante : fleurs, fougères géantes, bananiers sont légion (des petites bananes divinement bonnes !) et les fleurs que j’adore, les hibiscus forment une haie pour accueillir, en beauté, chacun dès son arrivée. Tant de beauté dans un seul lieu c’est fabuleux !

Enfin, puissant parmi les puissants, voici « The Tree » ; admirez la beauté de son tronc.

ARBRE_r

pied arbre

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Lever 7 h ; petit déjeuner 7 h 30 et à 8 h pétantes, tout le monde est dans le van pour le départ vers Akaka falls à 10 minutes environ de route. Avant d’arriver, déjà je ressens toute la puissance du lieu, je baille, je pleure et je dois respirer pleinement consciente pour bien rester centrée.

Akaka falls, chute d’eau absolument gigantesque dans une végétation gigantesque, est un circuit parfaitement balisé qui se fait en 1 heure pour le touriste lambda. Nous avons 3 h pour le faire !

Dès le départ, Jésabelle nous demande d’être attentives aux vibrations du lieu, de faire les mesures vibratoires, de ressentir les vortex…

Je vais donc poser mes pas pour la troisième fois dans une jungle : 1ère fois à Cairn en Australie, 2e fois à Palenque au Mexique et maintenant 3e fois à Hawaï ; mais je vais le faire pour la première fois en pleine conscience… et toute la différence est là !

Que veut dire, pour moi, faire le trajet en pleine conscience ? C’est tout d’abord être dans le silence, les oreilles tournées vers l’intérieur, centrée dans mon cœur, attentive à chaque pas posé sur le sol, à ce qu’il y a autour de moi et à ce qu’il se passe autour et en moi.

arbreAKAKA_rPetit message des être de la nature (les élémentaux), en préambule à notre périple, pour nous remercier de notre présence et nous avertir que nos corps énergétiques vont être travaillés car nous avons « une bonne odeur énergétique » ! Nous sommes ravies de l’apprendre ! ^^

arbreAKAKA2_R

Nous prenons contact avec différents arbres dont un, majestueux, autour duquel nous nous plaçons, debout sur ses racines pour recevoir chacune un soin. Nous sommes de nouveau remerciées pour notre présence et sommes invitées à nous rendre dans l’arbre, en son centre, pour bénéficier pleinement de son énergie.

Sur le chemin nous traversons des portes, des vortex, des sas énergétiques qui nous font monter en vibrations. Même sans le savoir, les petits enfants le ressentent et se retournent pour croiser notre regard. C’est tellement merveilleux de croiser le regard de ces petits bouts de chou. De même, les adultes qui passent la haie d’honneur que nous formons à chaque arrêt ne comprennent sans doute pas pourquoi ils sourient de toutes leurs dents et disent instinctivement bonjour!^^

AKAKAhau_rNous arrivons à la chute, nous ne sommes pas seules, loin de là… Rien de tel alors, que d’être parfaitement centrée et de s’asseoir pour obtenir petit à petit la totalité du banc pour nous ! ^^ Cette chute est absolument féérique et nous recevons en soin, une puissance énergétique impressionnante. Afin de faire circuler touteAKAKApied_r cette énergie, Jésabelle nous demande de procéder à quelques exercices physiques. Imaginez la tête des autres personnes en nous voyant nous agiter sous l’abri ! Un tas de frapadingues ? Une secte bizarre ? Peu importe, je pense que nous avons dû en questionner beaucoup. ^^

Séquences films et photos pour toutes et nous reprenons notre chemin : portes, vortex, sas… le niveau vibratoire continue de monter. Nous bénéficions d’un nouveau soin près d’une magnifique cascade.

Le temps de remonter au parking et nous sommes toutes complètement « lessivées ». Le retour au centre se fait dans un calme absolu, même le repas est pris dans le silence. Repos jusqu’à 14 h.

14 h pétantes, nous partons pour le jardin botanique, deuxième partie de notre « Journée soft » qui n’est pas si soft que ça ! À l’entrée du jardin nous voyons des petites voiturettes de golf avec chauffeur, à louer pour 5 $, histoire de s’épargner la grande descente et par voie de conséquence la grande montée à la fin de la visite.

Avec « son Altesse » à mobilité réduite (une paire de béquilles), nous nous laissons convaincre de choisir cette option. Chiiiiiic, c’est génial ! Depuis le temps que je rêve de conduire une voiturette de golf, je vais déjà y grimper dedans ! Fort sympathique ce chauffeur. Nous taillons la bavette le temps des 3 minutes de descente à 0,2 km/h et des arrêts pour laisser passer les visiteurs. Big Island ne semble avoir aucun secret pour lui : population, agriculture, microclimats… j’ai presque tout compris ! ^^

cascade

Une fois le groupe reconstitué nous commençons notre parcours par une canalisation dans un lieu vibrant et féerique. Nous poursuivons par une séance de guérison auprès d’une cascade et nous retrouvons comme dans la matinée des sas énergétiques… Nous passons devant une volière où 4 magnifiques aras sont enfermés. Ils ne comprennent pas pourquoi ils sont enfermés et ils n’arrivent pas à sortir de la cage ; ils ne sont pas très bien disposés à l’égard des humains ! Nous leur envoyons de la lumière, beaucoup d’amour et nous continuons notre route.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tellement d’arbres majestueux, de fleurs magnifiques… deux rochers qui ressemblent à une porte « Twin rocks », la légende veut que ce soit deux amoureux pétrifiés… Bin oui, c’est quand même plus vendeur !^^ La côte du Pacifique, le jardin, tout ceci est tellement beau que nous décidons de prendre notre petite collation en bord de mer. Nous faisons un travail vibratoire spécifique pour ancrer la lumière à cet endroit et nous voyons apparaître un « juvénile » (baleineau de 2 ans) qui vient nous envoyer de belles fréquences.

Après quoi nous reprenons notre taxi pour la remontée avec un chauffeur qui, cette fois, n’ouvre pas la bouche malgré tous mes efforts pour engager la conversation ! Quelle idée de génie ce taxi, « son Altesse » et moi l’avons apprécié à sa juste valeur ! Le retour au centre, dans le van, s’est fait avec un niveau sonore plus élevé que ce matin ! Il faut dire que l’énergie du jardin était tellement joyeuse…

Douche et à 18 h, repas du soir, toujours aussi beau et aussi bon… Après quoi nous partons à la salle de méditation pour partager un enseignement tiré du partage effectué au cours du repas. shrekCanalisation et beaucoup de fous rires avec mon jeté de frange multidimensionnel identique à celui du prince Charmant de Shrek (oui, je sais, c’est un private joke, mais tellement bon…). 8 h 30 tout le monde au lit pour une super nuit réparatrice.

 

Aloha-Colorful-Flowers-Picture

Ce matin, première sortie en mer !

Jeudi 5 janvier 2017,

bouchonsTiens, j’ai ronflé cette nuit, dixit notre voisine de chambre. Ma voisine de chambrée n’en sait rien car elle met des bouchons d’oreilles ! Ça doit être à cause de l’avion, je suis sûre…^^

Plus sérieusement… Ce matin, première sortie en mer sur le bateau nolisé pour notre groupe. L’objectif est l’initiation à la lecture vibratoire par le contact avec les baleines, les dauphins…

Lever 5 h, cette fois-ci le bon 5 h ! ^^ Un petit café chaud et hop c’est le départ avec Mario dans le van à 5 h 30. Nous avons deux bonnes heures de route pour arriver au port. Deux heures de route dans une nuit noire d’encre, avec juste un arrêt pipi dans un centre d’achats à mi-parcours. Le petit déjeuner est pris dans le véhicule pendant que Mario boit, pour se tenir réveillé, un café parfumé à la cannelle qui embaume tout l’habitacle, répandant une délicieuse odeur !

Tout d’un coup le jour se lève et nous voyons le Pacifique droit devant nous, c’est vraiment magnifique, grandiose, époustouflant ! Mario nous pose devant l’embarcadère ; après l’arrêt pipi de rigueur, nous descendons quelques marches et posons nos pieds sur le bateau. Toutes les chaussures et les sacs à dos sont mis dans des grandes boîtes en plastique, pour les protéger de l’eau. Bien sûr avant de ranger les sacs, opération crème solaire : les bras, les jambes, le dos et le visage, enfin toute la peau que le maillot de bain ne couvre pas ! Au fur et à mesure que les membres de la troupe sont prêts, le passage à l’avant du bateau s’effectue par le côté droit, le côté gauche étant réservé au passage exclusif et régulier de Horst, sec ou mouillé !

notre_bateau

Passer à l’avant du bateau demande une gymnastique différente de celle qui était nécessaire pour monter sur le zodiac du capitaine Renaud. Le mode d’emploi est le suivant : monter 3 marches sur l’échelle, faire un pas sur la droite, s’accrocher aux poignées en bois sur le côté du bateau et se déplacer à petits pas sur le rebord en changeant à chaque fois de poignée, jusqu’à l’avant ; le bateau en marche bien évidemment, trop simple autrement !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’équipage compte 4 membres : Mickaël, Chris, une magnifique sirène qui s’appelle Jasmine et le chien, Horst, le border Collie qui prend un poste de vigie à l’avant du bateau, dès qu’il sent des dauphins ou des baleines, prêt à sauter ensuite pour aller nager avec eux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

dauphins

Sortis du port par le petit chenal, nous voilà partis pour notre 1er safari baleines/dauphins et nos premières mesures vibratoires. À quelques encablures nous sommes accueillis par un nombre incroyable de dauphins qui nagent par paires ou trio, qui sautent, font des vrilles et nous accueillent, ravis de notre présence, comme nous le confirme Jésabelle par canalisation. Il y en a partout : sous le bateau, devant, derrière, sur les côtés ; l’air rejeté par les évents fait un peu le même bruit qu’un chien qui éternue. C’est un ballet très joyeux dans une eau bleue cristalline. Dommage qu’il y ait autant d’avions qui passent…

Le bateau repart, rendez-vous avec une baleine et son baleineau. Jésabelle nous indique qu’il s’agit d’un « juvénile » qui fait avec nous, sa première mission ! Tout heureux, il nous envoie de puissantes vibrations de renaissance. L’énergie des baleines et baleineaux est complètement différente de celle des dauphins : les dauphins sont très joyeux, l’énergie est plus douce et pétillante !

Nous avons ensuite un rendez-vous avec deux baleines à bosses et, cerise sur le gâteau, le capitaine nous offre de mettre à l’eau un hydrophone, qui nous permet d’entendre, en direct live, le chant des baleines (les mâles), ainsi que les conversations des dauphins. Un vrai grand moment d’émotions !

Il est temps à présent de revenir au port, 4 h ça passe très vite, 2 heures pour aller, 2 heures pour revenir. Sur le trajet retour, le capitaine nous propose de nager avec les dauphins. Le groupe se précipite à l’arrière pour mettre palmes et tubas, sauf moi…

En bon taureau que je suis, l’eau n’est pas mon élément de prédilection. J’ai la pétoche, plus précisément de la profondeur. Z’avez déjà vu une enclume nager, vous ? Donc il est hors de question de sauter du bateau en pleine mer, même pour nager avec les dauphins ! Surtout à froid, comme ça, le premier jour… alors que j’ai loupé le passage préalable dans le bassin d’eau chauffée par le volcan ! Je reste donc sur le pont à regarder le groupe et le chien s’ébattre joyeusement avec les dauphins. Prochaine sortie en mer, peut-être que… avec une frite et quelqu’un près de moi…

centre_r

Le retour au port se fait dans la joie de ce moment de communion avec les dauphins. Retour au van pour prendre le déjeuner et retour au centre ou nous attend une petite collation faite de boissons chaudes ou froides, de fruits et de fabuleux fromages : chèvre, cheddar, gruyère.

Une bonne douche et une petite sieste en attendant l’heure du dîner : entre 18 h et 19 h 30 en fonction de nos activités. La présentation du menu du jour est assurée par Karen et son fils à qui Jésabelle fait profiter de 30 secondes de notre connexion du jour ; ce sera le rituel chaque soir.

salle_meditation

Après le repas, regroupement dans la salle de méditation pour un travail de guérison avec canalisation à la clé. 20 h 30 tout le monde au lit, demain lever 7 h car ce sera une journée plus douce, une journée de contact avec la nature.

Aloha-Colorful-Flowers-Picture

Enfin, je vole vers Hawaï… Hilo j’arrive !

Mercredi 4 janvier 2017,

reveil-bleu-minion5 h… le téléphone et le réveil sonnent : j’ai bien dû dormir… six heures ! Waoow, j’ai explosé mon record, plutôt cool une bonne nuit de sommeil !

De façon toute à fait fortuite et dans une synchro parfaite, nous nous retrouvons le jeune homme et moi à l’accueil à 5 h 10. Pas de petit déjeuner non plus, il est trop tôt ! Mais comme à Roissy un distributeur de café et des petits gâteaux de carottes… bin oui, il faut faire preuve d’audace de bon matin ! ^^

07704977b3Alors qu’il part louer une voiture pour rejoindre sa famille à la station de ski de Mammoth Mountain, je reprends tranquillement la navette pour être à 6 h à l’aéroport (un petit air de déjà vu…). Un petit tour auprès des hôtels du coin pour prendre des passagers et le chauffeur me dépose à la bonne porte pour l’embarquement. Encore un chauffeur sympathique, c’est vraiment cool !

Les formalités d’usage s’effectuent sans encombre et me voici aux alentours de 7 h à attendre 8 h 05 le début de l’embarquement pour Honolulu.

Les États-Unis me surprennent toujours autant. United Airlines tout d’abord : je suis stupéfaite qu’à chaque vol la compagnie « surbook » un maximum de places (liste principale + liste supplémentaire) et ensuite demande des désistements volontaires contre vols différés et $ sonnant et trébuchants.

800565-burger-frites.jpgLa façon de s’alimenter de beaucoup d’américains, ensuite : à 7 h du matin des frites qu’ils trempent dans des grands bols de sauce, accompagnés de burgers géants et de maxi soda ! Beuuuuurk ! Là mon estomac ne fait qu’un tour, heureusement que le gâteau de carottes tient au corps !

L’importance des militaires en service actif, prioritaires pour les embarquements, encensés dans les messages publicitaires diffusés dans les aéroports et qui peuvent bien finir comme les derniers des coyotes quand ils sont vétérans ! Ennnnfin, je suis de la vieille Europe, je ne saisis pas toutes ces subtilités ! ^^

Tiens c’est la première fois que je vois un chien d’aveugle prendre l’avion en cabine ! Enfin, me voici dans l’avion, place centrale cette fois-ci, mais ça n’est que pour 4 heures…

capecodbrisket-01Alors, voyons mes voisins de vol pour Honolulu : sur ma droite un jeune garçon qui, aussitôt assis sort un énooorme paquet de chips « odeur barbecue ».  À 8 h 45, c’est vraiment limite pour mon estomac… Sur ma droite, dans les sièges du milieu, un adolescent, une main dans un des 5 paquets de chips qu’il a sorti de son sac, regarde concentré la fiche qui présente la nourriture en vente dans l’avion. Et à ma gauche une femme très maigre, agitée, « en souffrance » dirais-je même, s’évertue à faire défiler, sur sa tablette, les posts de son Facebook d’un doigt nerveux, rageur, planquée derrière sa frange et ses lunettes de soleil.

Bon et bien accroche-toi ma cocotte ! Je me centre et je respire profondément…

Aussitôt les ventes ouverte, 10 h -1/4, ma voisine de gauche commande une vodka (une petite bouteille) et un soda du style 7up avec 2 verres : un pour le soda + la vodka et l’autre pour le soda. Fébrilement elle fait son mélange et bois une gorgée, comme une noyée qui s’accroche à une bouée !

Mon petit voisin de droite continue de faire le rongeur entre deux « piqués de nez » contre le dossier d’en face. Quant au 3e et bien, il a déjà commandé un plat chaud tout en continuant à piocher dans ses paquets de chips. Avant la fin des 4 heures de vol, il aura mangé deux plats cuisinés et aura englouti ses 5 paquets de chips ! C’est proprement hallucinant !

Avec mon verre d’eau et mes quelques bretzels qui se battent en duel dans le petit paquet, je fais tache, mais je reste stoïque ! ^^

Et lorsqhawaii50ue le pilote nouwaikikis dit que nous allons survoler Waikiki Beach et Pearl Harbor, je me sens comme dans la série Hawaï five-0 ! Cool, je survole Honolulu… ça n’est pas rien quand même…  Je suis, en mon for intérieur, aussi émerveillée et heureuse qu’une gamine de 10 ans ! ^^

Enfin mes petits voisins qui ont entre 10 et 13 ans n’Pearl_Harbor_aerialont pas l’air émerveillés du tout… Quant à ma voisine, elle se maquille, puis se remaquille, ferme le hublot, l’ouvre, regarde au travers, essaye de dormir, essaye pour la énième fois, sans succès, de comprendre les consignes pour connecter sa tablette à l’application de United Airlines, se re-remaquille, se lève, se re-re-remaquille… Bref, peu importe, rien ne peut gâcher mon plaisir ! ^^

hawaienneALAprès l’atterrissage je prends la navette pour aller au 2e aéroport, celui de la compagnie aérienne hawaïenne, pour mon second vol Honolulu – Hilo. Et là, surprise… je retrouve 2 des femmes que j’avais pistées dans l’avion comme étant de possible compagnes de séjour. Enfin je vais pouvoir voyager différemment pour aujourd’hui et je m’en réjouis déjà.

Et bien non, je n’ai pas le même vol… Je prends celui d’après ! L’avion n’est pas complet, je n’ai pas de voisin mais juste derrière moi, qui vois-je, je vous le donne en mille… la famille du petit qui a mangé comme un… (ogre ?) pendant le premier vol et je vois sa mère à bout de nerfs, qui ne le supporte plus. Je ne sais pas quel est le problème, mais il a l’air sérieux ! Au final, je serai la dernière à arriver à Hilo à 4 h 44, heure locale, je ferme la marche !

Hilo AirportAéroport de Hilo, enfin un aéroport à taille humaine, cool beaucoup de bois, de fleurs et des passerelles ouvertes sur l’extérieur ! Je récupère rapidement ma valise qui n’a pas été perdue malgré le re-routage ! Et je vois une superbe et souriante femme blonde avec un petit panneau « Jésabelle » ; il s’agit de Karen la gérante du centre d’hébergement « The Center At Kahuna Falls », qui est venu chercher la retardataire. Super accueillante et sympathique, je continue de dérouiller mon anglais pour tenir une conversation avec elle le temps d’arriver.

hilo_hawaii_kahuna_falls_1031-72Sur le chemin, du centre, les vibrations de la forêt (la jungle) sont très très fortes. Le domaine est somptueux, la végétation luxuriante, les fleurs exubérantes, tout est calme, douceur et paix. Je découvre ma chambre où je cohabite avec une autre personne. Une bonne douche, une petite sieste et je fais connaissance avec ma voisine de chambrée qui rentre de l’activité prévue au premier jour du séjourahalanui-beach-park, à savoir : journée préparatoire à Ahalanui park au bord du Pacifique. Une croix dans la case « dommage » pour moi ! Mon binôme est une charmante Canadienne avec un délicieux accent, très sympathique et prompte à rire. Tout ce qui me convient et en plus le courant passe bien !

salle_manger19 h : rendez-vous pour le diner dans la salle à manger (photo ci-dessus). La cuisine végétarienne et vivante est délicieuse, nous passons un agréable moment.

Le programme pour le lendemain est le suivant : 5 h 25 au parking pour un départ en mer à 8 h. En conséquence, 20 h 30 tout le monde est au lit ! Notre voisine de la chambre d’à côté avec laquelle nous partageons la salle de bain se chargera de nous réveiller, c’est entendu comme ça.

Soudain, TOC, TOC, TOC, quelqu’un nous réveille ! « C’est bizarre », dis-je à mon binôme, « j’ai l’impression de ne pas avoir dormi » ! Elle se lève, passe dans la chambre de notre voisine qui lui dit « Zut, je me suis mélangée dans les aiguilles ! » il était en fait 23 h 20 ! Premier fou rire dans notre chambre avant de nous rendormir comme des bûches.

Aloha-Colorful-Flowers-Picture

C’est le début du voyage l’aéroport, non ?

Mardi 3 janvier 2017,

reveil-bleu-minion5 h… le téléphone et le réveil sonnent : j’ai bien dû dormir… deux heures, comme à chaque veille de grand voyage, d’ailleurs !

J’enfile mes supers bas de contention en prévision de mes nooooooombreuses heures de vol et d’attente : en gros plus d’une vingtaine d’heures si tout va bien !

Paris – San Francisco : 11 h 40 de vol – Attente/formalités : 3 h ; San Francisco – Los Angeles : 1 h 32 – Attente : 1 h ; Los Angeles – Hilo : 5 h 50

Je boucle ma valise, ferme mon sac à dos et à 5 h 10, je suis à la réception. Pas de petit déjeuner, c’est à partir de 6 h ! Rien qu’un distributeur de café et des biscottes ou des madeleines. Je me brûle la langue tellement le café est chaud et je suis obligée de souffler à pleins poumons pour le boire avant l’arrivée de la navette. 5 h 30, le chauffeur sympathique et de bon conseil me dépose à Roissy Pôle pour prendre directement le Val jusqu’au terminal 1, sans avoir à passer par les ascenseurs.

Terminal 1, me voilà… L’enregistrement des bagages sur United Airlines pour SFO est déjà commencé, contrôle de sécurité : passeport, 61792992_61792991-550x309motif du voyage, non on ne m’a pas donnée de bagage, non je ne transporte pas de plantes ni de nourriture, non je n’ai pas d’arme… enfin les questions d’usage quoi.

Embarquement sur un 787 et là je me trouve à côté d’un groupe d’étudiants qui partent, faire un semestre de leur cursus universitaire à SFO. Chacun avec son ordinateur sur la tablette, le casque greffé sur les oreilles, j’ai droit à une remise à niveau en matière de jeux et de films appréciés par cette population que j’ai lâchée il y a quelques années. Le train, l’avion, aurais-je par hasard quelque chose à comprendre ?^^

Cette fois-ci j’ai demandé une place couloir de façon à pouvoir me lever facilement sans avoir à déranger les autres passagers. Sur ce vol de plus de 11 h, il m’est impératif de boire de l’eau et de me lever ! C’est plutôt cool, nous sommes synchros avec les occupants des autres sièges : c’est 3 debout ou personne !

Soudain, j’entends ce message : « y-a-t-il une infir17423629_pmière ou un docteur dans l’avion ? » et bien non, la preuve en est, ça n’est pas que dans les films… La jeune femme qui occupait le siège devant moi était malade, mal de l’air je pense. Discrètement un toubib est arrivé ( non, pas celui de la photo… dommaaaage !^^) avec 2 ou 3 hôtesses, prise de pouls, examen des pupilles… un petit cachet et tout a fini par rentrer dans l’ordre.

Arrivée à l’aéroport de San Francisco, la pluie dégouline sur les hublots, il fait un temps pourri, nous tournons plusieurs fois avant de pouvoir atterrir et finissons par être en retard.

Presque tous les vols étaient en retard d’ailleurs et à la police des frontières la queue était interminable… Comme mon passeport était neuf, sans aucun tampon des États-Unis, malgré l’ESTA j’ai dû m’y coller pendant plus d’1 h 30 avant qu’ils ne délestent cette « &@!§ » de file.

Enfin la sortie, direction vol interne pour Los Angeles. Comme SFO est le premier point d’entrée sur le territoire américain, il est obligatoire de récupérer les bagages ! Contrôle des frontières et je fonce à toute vitesse à la bonne porte pour l’embarquement. Compte-tenu de la météo, RETARD, RETARD, RETARD et arrivée à Los Angeles (LAX) l’avion pour Hilo est déjà parti !

Ah bien me voilà chouette maintenant ! La personne à la porte d’embarquement se contente de me dire « Custom desk, gate 45 ». Bon, je go to the gate 45 : comptoir des réclamations United Airlines et j’attends bien 2 heures avant d’arriver à passer. Finalement la personne au comptoir me trouve un nouveau plan de vol pour demain : Los Angeles – Honolulu – Hilo.

Je discute avec cet homme pour savoir s’il y a dans l’aéroport un endroit pour dormir (un salon par exemple…) mais non, classe éco, rien. Je lui demande donc de me trouver une chambre d’hôtel, à mes frais (c’est le temps, ça n’est pas UA qui est en cause, donc pas de remboursement !), avec une navette pour me déposer. C’est ok, et avec mon petit papier orange, je vais sous le panneau rouge attendre la navette pour l’hôtel.

Sous ce dit panneau rouge, 533224562-senal-de-trafico-contaminacion-luminica-iluminacion-urbana-downtownje vois un jeune homme avec le même papier que moi, je vais donc vers lui et commence à lui parler. Surprise, il est né en France et habite aux États-Unis ! Cocagne, c’est lui qui appelle l’hôtel pour savoir quand arrive la navette. Et cool, je vais voir quelques rues de LA ! Encore un endroit où je n’aimerais pas habiter… !

L’hôtel « ConfortInn » n’est pas de dernière génération, mais comme j’occupe une chambre pour handicapé (faut-il y voir quelque chose là ?^^), je peux vous dire qu’elle est immense, avec un lit « king size » à se sentir vraiment petite et seule dedans ! Heureusement que j’ai dans mon sac à dos, un nécessaire de toilette minimum, offert par la compagnie australienne Quantas, ainsi qu’un tee-shirt et un maillot de bain, sinon… c’était la cata !

Je demande à être réveillée à 5 h afin d’être à 6 h à l’aéroport et enfin, à 20 h 30 (heure locale) je suis au lit, assez d’émotions pour aujourd’hui… Demain est un jour nouveau !

Page 1 sur 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén