A première vue, l’espoir est un sentiment de confiance qui paraît des plus positifs. Aujourd’hui on va le remettre en question afin de savoir comment fonctionne ce sentiment.

On a tous déjà espéré qu’une situation s’améliore, ou même espéré qu’une personne puisse changer, ce sentiment n’est-il pas une illusion qui nous berce dans l’attente de quelque chose qu’on a pas ?

 Explication

Le fonctionnement de l’espoir réside dans l’ignorance d’un avenir incertain. Ce sentiment de confiance se transforme en un sentiment qui paraît opposé, mais qui est très proche de l’espoir, à savoir la crainte. L’espoir ne peut exister lui même, mais que sous une forme de couple : « espoir-crainte ». En grec ancien « elpis » (espoir), voulait parfois dire « la crainte ».

Je m’explique : Je ne peux pas espérer avoir du travail sans avoir la crainte de ne pas en avoir.

Mais pendant que nous espérons sur quelque chose que l’on ne possède pas, quand notre attention, nos pensées sont focalisées sur demain ou hier, que fait-on de notre instant présent, de ce qu’on a déjà ici et maintenant ?

Il existe son synonyme, l’espérance qui est une Vertu Théologale : avoir la foi et la charité en Dieu, dans la tradition chrétienne. Si les croyants avaient une foi aveugle dans les promesses Divines, ils n’auraient nullement besoins de se couple « espoir-crainte ». 

Pour résumé l’espoir ne nous fait pas vivre, il nous empêche de vivre cet instant présent ici et maintenant, apprenons à vivre et à faire dans la joie et l’amour de ce qu’on a aujourd’hui.

 « Cette journée ne reviendra jamais, vis la pleinement ! « 

Kévin Ataael   https://www.auchemindesoi.com/