août 2018 - La plume d'Élhadi

Mois : août 2018 (Page 1 sur 3)

carnets

Ressentir et choisir ses pensées

En prêtant attention à ce que vous ressentez et puis en choisissant des pensées qui permettent de vous sentir beaucoup mieux, vous gérez votre propre vibration, ce qui signifie que vous contrôlez votre propre point d’attraction — et que vous créez votre propre réalité. C’est une chose tellement merveilleuse de réaliser que vous pouvez créer votre propre réalité sans vous mêler des affaires des autres, et que moins vous faites attention à la réalité des autres, plus votre vibration sera pure — et plus vous serez satisfaits de ce qui vient à vous…

Abraham   http://www.abraham-hicks.com/

mot_jour_600_400

Nos « DES FAUX »

Lorsque tu entreprends un « travail » spirituel, tu es observateur de ta personne. Tu deviens celui qui traque tes propres défauts et tu souhaites ensuite y remédier pour devenir la meilleure version de toi-même.
C’est une belle chose que de vouloir rendre à ton Soi toute son immense beauté. Mais voilà que lorsque tu pointes l’un de tes défauts, tu lui ajoutes une odeur nauséabonde. Tu vois ce défaut comme un sabot sur l’une de tes roues.
En discutant avec une amie, je me suis aperçue que beaucoup considéraient alors leurs défauts fraîchement perçus comme une plaie. Une plaie qui peut se rouvrir et continuellement se réinfecter.
 Or, il n’en est rien !
Reprenons les choses :
Vous vous observez et vous remarquez un défaut.
Ce défaut, il vous saute aux yeux AUJOURD’HUI ! Ça fait des années que vous l’exploitez mais aujourd’hui, précisément aujourd’hui vous êtes fin prêt pour le percevoir !
–> Quel cadeau vous vous faites là !
Vous avez réussi à prendre assez de recul pour percevoir une partie de vous-même jusque là ignorée !
Mais qu’allez vous faire de cette zone d’ombre maintenant qu’elle est mise en lumière ?
Une honte ? Un fardeau ?
Que nenni !
Le cadeau de sa découverte ne s’arrête pas là.
Votre défaut a été démasqué et aujourd’hui vous êtes fin prêt à observer consciemment la suite de sa mise en lumière.
Car dès que « des faux » se voit dans la vérité, ils ne peuvent demeurer des faux !
Alors que va-t-il se passer ?
Grâce à votre prise de conscience, ce défaut va vous apparaître clairement lors des situations et vous pourrez alors percevoir sa présence de plus en plus simplement.
Grâce à cela, vous allez naturellement transformer votre réaction en ne sollicitant plus ce faux en vous. Vous allez tout simplement changer une habitude. Et c’est la suite du miracle de la transformation.
Petite chenille a réussi à percer un nouveau fil de son cocon !
Quel bonheur de constater à quel point tout est changement !
C’est cela qui nous permet de passer de « Je suis comme ça » à « J’étais comme ça ».
Alors la prochaine fois que vous percevez un de vos défauts,
sachez que c’est un merveilleux cadeau qui promet une belle éclosion de vous-m’Aime. Une limite qui s’effrite, une résistance qui s’efface, une occasion qui prend vie.
 Bravo à tous, vous êtes tous des êtres merveilleux qui sont simplement venus se le rappeler.
LULUMINEUSE   http://lulumineuse.com/
sur-une-fleur-d-hibiscus

Six façons simples de vous débarrasser de vos incertitudes dans vos relations

Êtes-vous dans le doute, dans l’indécision, si vous allez continuer cette relation ?

Cherchez-vous des certitudes, des garanties avant de vous engager sérieusement avec lui ou elle ?

Comment décider ?

Tout comme vous, la plupart des gens qui vivent ce genre de situation ont tous un point en commun, vous cherchez des raisons de croire, au lieu d’observer vos vérités, vos sentiments, qui eux, ne se trompent jamais !

D’accepter vos sentiments tels qu’ils sont, car ils sont le langage de votre âme, de votre être véritable !

En fait, si vous cherchez des raisons de croire, n’êtes-vous pas en train de tromper vos sentiments, vos vérités, et par conséquent les oublier, de vous oublier ?

1. Apprenez à être autonome.

Pour vous débarrasser de vos incertitudes, vous devez apprendre à compter sur vous-même, pas sur un partenaire. L’amour ne consiste pas à compter constamment sur le soutien de quelqu’un. Apprenez à être autonome et vous vous sentirez plus sûr de vous.

2. Débarrassez-vous de votre paranoïa.

La plupart du temps, la paranoïa ne repose sur rien. Oui, parfois votre partenaire parlera de son idéal sexuel. Ils travaillent avec eux, ils vont à l’école avec eux, ils sont amis avec eux. Si vous ne faites pas confiance à votre partenaire, vous n’êtes pas prêt pour une relation.

3. Ne voyez pas les choses en noir et blanc.

Ce n’est pas toujours oui ou non, bon ou mauvais. Vous ne pouvez pas tout voir en noir et blanc. Lorsque vous le faites, des disputes ont lieu. Lorsque des disputes ont lieu, il en découle des incertitudes. Soyez flexible. Ne pointez pas du doigt. La vérité se trouve quelque part au milieu.

4. Abandonnez vos bagages.

Le passé est le passé. Vous devez apprendre à le laisser derrière vous. Si vous continuez à transporter vos bagages, cela va vous peser et vous garderez un sentiment d’insécurité.

5. Ne faites pas une crise de nerf.

Si quelque chose vous inquiète, faites-le savoir à votre partenaire. Il n’y a pas de mal à cela. Si vous ne le faites pas, vous ferez une crise de nerf qui provoquera une incertitude. Soyez sûr que vos soucis n’existent pas uniquement dans votre tête.

6. Rappelez-vous, il ne s’agit pas que de vous.

Il est difficile de ne pas penser que monde tourne autour de vous, mais ce n’est pas le cas. Quand vous réaliserez que vous n’êtes pas seul dans votre relation, mais deux, vous irez beaucoup mieux.

Virginie V.     https://www.espritsciencemetaphysiques.com/

sur-une-fleur-d-hibiscus

Comment savoir si c’est la peur ou l’intuition qui vous guide

Tout le monde s’est déjà senti nerveux ou excité au début d’une nouvelle relation. Mais au fur et à mesure que l’amour grandit, nous devenons submergés de questions sur l’avenir et d’autres problèmes.

Mais ces doutes proviennent-ils de l’intuition ou de la peur? Et comment faire la distinction entre les deux ?

La peur et l’intuition sont là pour nous guider dans notre vie.

Elles nous guident vers les directions que nous devrions suivre en nous aidant dans les prises de décision que nous devons faire tout au long de la journée. Mais elles le font de différentes façons. L’intuition nous donne deux options «oui» et «non», tandis que la peur ne nous laisse que l’option «non».

L’intuition apparaît comme un flash uniquement dans le moment présent, généralement comme une sensation physique ou une «intuition». Elle disparaît aussi vite qu’elle est arrivée et n’offre pas de réponse concrète, elle est là pour vous rassurer.

La peur vient aussi à vous, mais elle est beaucoup plus brutale.

Elle est douloureuse, cruelle, répétitive et détaillée. La peur fait remonter le passé à la surface et embrouille notre futur. Elle active l’amygdale du cerveau, qui est un capteur pour nous aider à rester en sécurité.

L’activation de l’amygdale nous conduit à trois choix réactifs: combat, fuite ou blocage. Cela limite aussi l’activité dans le cortex préfrontal où tout le raisonnement logique a lieu, de sorte que nous pouvons utiliser toute notre capacité cérébrale pour répondre de manière intuitive.

La peur active aussi le système nerveux sympathique qui libère des hormones comme l’adrénaline, la noradrénaline et le cortisol qui accélèrent la fréquence cardiaque, augmentent la tension artérielle, resserrent les vaisseaux sanguins, dilatent les pupilles et nous préparent au combat.

La peur nous fait trembler et nous inquiète à cause de ces réactions hormonales.

À cause cela, nous devenons incapables de penser de manière calme et rationnelle.

La peur est importante car elle nous garde en sécurité mais la plupart du temps, nos peurs menacent notre vie au lieu de nous aider. Le problème, c’est que nous confondons souvent la peur avec l’intuition, et c’est là que ça devient vraiment dangereux.

Pour canaliser votre intuition au lieu de la peur, vous devez calmer votre amygdale par différents moyens comme le sommeil, l’exercice, etc.

Voici 3 choses à essayer pour calmer votre amygdale:

1. Respirez profondément

L’oxygène aide à calmer l’amygdale, lui envoyant le message qu’elle n’a pas besoin d’être activée. Cela nous libère du cortex préfrontal et nous retrouvons un sentiment de sécurité.

2. Soyez optimiste

En étant optimiste, vous allez réduire le cortisol, l’hormone de stress et calmer l’amygdale. Les gens qui sont optimistes sont plus créatifs et peuvent résoudre les problèmes plus rapidement et efficacement. Essayez de prendre l’habitude de rester positif.

3. Apprenez à être reconnaissant

La gratitude permet de surmonter la peur qui nous envahit quotidiennement. Faites une liste des choses pour lesquelles vous êtes reconnaissant pour chaque jour. Cela apaisera peu à peu vos peurs.

Pour canaliser votre intuition, faites les choses qui vous rendent heureux, faites fonctionner votre mode créatif et faites des choses qui vous aident à vous sentir fort, confiant et en sécurité.

Ce changement demandera du temps et des efforts pour y arriver correctement. Mais continuez à vous mettre dans un état réceptif, pour pouvoir ressentir clairement votre intuition.

Romain CALISSE https://www.espritsciencemetaphysiques.com/

carnets

L’argent

La plupart des gens ont mis tout ce qui fait gagner de l’argent dans la catégorie des choses qu’ils doivent faire. Et c’est pourquoi l’argent arrive souvent si difficilement. Si vous êtes assez sage pour suivre la piste des pensées qui permettent de vous sentir bien en recherchant délibérément les aspects positifs sur votre route, vous parviendrez à l’alignement vibratoire avec qui-vous-êtes-vraiment et avec les choses que vous voulez vraiment, et une fois que vous le faites, l’Univers doit vous fournir un moyen viable de réaliser vos désirs.

Abraham  http://www.abraham-hicks.com/

mot_jour_600_400

Avez-vous l’impression de trop donner ?

Avez-vous l’impression que vous êtes facilement porté à trop donner? À donner sans compter, juste parce que vous croyez que vous aimez vraiment faire plaisir aux autres? Que vous donniez de votre temps, de votre amour, de votre argent, que vous soyez généreux de cadeaux, de conseils, de soutien, de bénévolat, avez-vous l’impression que vous donnez trop?

Sentez-vous parfois que les gens n’apprécient pas à sa juste valeur ce que vous leur donnez? Avez-vous l’impression parfois que vous êtes la seule personne à donner? Que l’autre, ou les autres, ne se soucient pas de rétablir un tant soit peu une certaine forme d’équilibre entre ce qu’ils reçoivent de vous et ce qu’ils peuvent contribuer à donner ou à investir dans la relation?

Et bien si vous avez l’impression d’aimer trop, de trop donner, de trop faire pour l’autre… c’est que vous avez trop d’attentes!

Ouch! Ça fait mal n’est-ce pas? Et je m’inclus avec vous! Quand nous sentons que nous donnons trop, que nous aimons trop, que nous faisons trop, que nous sommes parfois déçus, que nous aimerions être un peu plus reconnus, un peu plus considérés, un peu plus appréciés, c’est encore que nous sommes dans l’attente. C’est encore notre ego qui attend le retour du balancier, comme un justicier imperturbable qui tient les comptes de manière très rigoureuse, serrée, ferme et inébranlable.

À mon avis, on ne peut pas aimer trop ni donner trop. Mais si nous avons cette impression, c’est que nous avons des attentes. Conscientes ou non, nous avons des attentes. Car dans le trop, se profile déjà un jugement d’injustice et d’inégalité, signe que notre ego s’en est mêlé.

Avec tout ce que nous faisons pour lui ou elle, tout ce que nous lui donnons, tout l’amour que nous lui portons, il ou elle devrait bien avoir un peu de temps pour nous, non? Un peu d’attention, un peu d’intérêt pour ce que nous vivons? Eh bien non! Soit nous donnons librement, SANS AUCUNE ATTACHE, soit nous donnons avec l’attente, ou l’espoir, d’être appréciés pour ce que nous faisons. Et vous savez quoi? Les personnes qui donnent vraiment sans aucune attente sont extrêmement rares. Peut-être même n’en existe-t-il pas beaucoup.

Car bien que nous donnions de manière semble-t-il désintéressée, une partie de nous souhaite être aimée ou reconnue en retour de ce don du cœur que nous faisons.

Ne nous trompons pas : ce n’est pas que nous avons de mauvaises intentions en donnant! Non au contraire, nous donnons pour faire plaisir… parce que nous souhaitons, inconsciemment, que l’autre nous trouve généreux, aimables, bons, dévoués, extraordinaires, exceptionnels, et j’en passe.

Est-ce que c’est mal? Non, bien sûr. Mais cessons de croire que nous donnons de manière désintéressée. Cessons de nous faire croire que nous n’avons pas d’attente, cessons de nous faire croire que nous donnons sans compter. Car au fond de nous subsiste encore un petit enfant qui a tellement besoin d’être reconnu et aimé, qu’il nous fait encore agir, à l’âge adulte, de manière à ce que nous sollicitions l’amour et la reconnaissance des autres de la manière la moins subtile qui soit.

Si vous donnez et que vous n’êtes jamais déçus, même pas une once de brindille de déception, alors vous savez que vous ne donnez pas trop. Mais si vous croyez que vous aimez trop, donnez trop, faites trop, c’est que vous avez des attentes. Systématiquement!

Ce sont ces attentes qui compliquent toutes les relations. Car les attentes sont rarement exprimées ouvertement et franchement. Elles sont plutôt implicites, sous-entendues, comme si l’autre devait les deviner et y répondre comme par magie. Chaque déception contient le germe d’attentes non rencontrées. Si vous êtes souvent déçus des autres, c’est que vous avez des attentes. Et plus nous avons d’attentes, plus nous souffrons. L’un des premiers moyens de réduire notre souffrance, c’est de ne pas avoir d’attente. Que l’on nous aime ou pas, que l’on nous apprécie ou pas, cela ne devrait pas conditionner ni notre humeur, ni notre estime de soi.

Quand nous arrivons à ne pas être déçus, donc à ne pas avoir d’attentes, c’est que notre estime de soi est rendue solide et qu’elle ne dépend plus du regard des autres.

Il ne s’agit donc pas de cesser de trop donner, mais d’éliminer nos attentes. Donnons sans attente. Cela ne signifie pas de tolérer d’être maltraité. Cela signifie, donner puis passer à autre chose, en oubliant même le don que nous venons de faire. Comme le dit si bien Florent Pagny dans ma chanson préféré : aimer, puis s’en aller.

Diane Gagnon   https://lasolutionestenvous.com/

mot_jour_600_400

Ne cherche pas à changer le monde…

“Le monde que tu vois, c’est ce que tu lui as donné et rien de plus. Mais bien que ce ne soit pas plus, ce n’est pas moins. Par conséquent, pour toi il est important. C’est le témoin de ton état d’esprit, l’image extérieure d’une condition intérieure. Ce qu’un homme pense, il le perçoit.

Par conséquent, ne cherche pas à changer le monde, mais choisis de changer ton esprit au sujet du monde. La perception est un résultat et non une cause. Chaque pensée que tu as, apporte soit la paix ou la guerre, soit l’amour ou la peur. Un résultat neutre est impossible parce qu’une pensée neutre est impossible.

Il y a une telle tentation d’écarter les pensées de peur comme étant sans importance, banales et ne valant pas qu’on s’en soucie, qu’il est essentiel que tu reconnaisses qu’elles sont toutes également destructrices, mais également irréelles. Tout ce que tu vois est le résultat de tes pensées. Il n’y a pas d’exception à ce fait.

Les pensées ne sont ni grandes ni petites, ni puissantes ni faibles. Elles sont simplement vraies ou fausses. Celles qui sont vraies créent leur propre ressemblance. Celles qui sont fausses font la leur.”

Alain Degoumois

mot_jour_600_400

Nos contrats d’âmes sont des guides qui nous aident à atteindre notre but ultime

Parfois, nous rencontrons quelqu’un avec qui nous ressentons une connexion instantanée, et la connexion est tellement profonde que cela nous coupe le souffle. Nous avons l’impression d’être attirés comme des aimants.

Il s’agit très certainement d’un contrat d’âme sur votre chemin.

Très tôt dans ma vie, j’ai reconnu mes contrats d’âme avec certaines personnes . À cette époque, j’ignorais comment décrire cela, mais je savais au fond de moi quand j’avais rencontré quelqu’un d’important qui allait avoir une grande influence sur ma vie.

En revanche j’ignorais que mon âme avait demandé des expériences profondément douloureuses et difficiles avant de venir ici pour pouvoir apprendre et évoluer.

Quand nous venons ici, nos âmes connaissent notre but dans la vie, et elles mettent de nombreuses expériences et leçons sur notre chemin. Ces personnes et ces expériences nous conduisent toujours vers notre moi supérieur, mais il y a de nombreuses leçons que nous devons apprendre pour arriver à la destination finale de l’illumination spirituelle.

Nos contrats d’âme avec d’autres personnes ont un rôle important.

Nous les déterminons avant de venir ici et ces personnes sont très importantes pour la croissance de notre âme, même si nos rencontres sont parfois brèves. Elles nous donnent des opportunités qui nous poussent davantage où nous sommes censés aller.

Sans eux, nous ne serions peut-être pas arrivés aussi loin.

Si vous êtes très intuitif, vous les reconnaîtrez instantanément en les croisant. Vous ressentirez une énergie très intense, magnétique et puissante.

Il y a deux ans, j’ai rencontré quelqu’un avec qui j’ai ressenti une «reconnaissance» immédiate. J’ai tout de suite su que je devais me connecter avec cette personne.

À cette époque, cela avait pour but de créer une relation quelconque. Une relation très brève, car je n’étais pas à un moment de ma vie où je voulais quelque chose de sérieux. Mais je savais que je devais lui apprendre quelque chose et qu’il était censé m’apprendre quelque chose.

Au fur et à mesure que les mois passaient, nous nous envoyions seulement des messages pour voir ce que faisait l’autre personne. Mon âme a insisté sur le fait que cette personne était importante et continuait de me pousser à me connecter. Mon ego m’a empêché de le faire. Je me suis dit que si nous avions un contrat d’âme, nous nous rencontrerions plus, car nous ne fréquentions pas le même cercle de personnes.

Environ neuf mois plus tard, nos chemins se sont croisés de façon totalement inattendue. Cette fois-ci, l’attirance était encore plus forte et mon esprit m’a dit qu’il avait besoin de moi pour l’aider et rester ouvert à tout ce qui pouvait arriver.

Cette fois-ci, nous nous sommes connectés durant une brève période de temps d’une façon presque romantique.

Mais le libre arbitre fait partie du voyage de chaque âme.

On nous donne des opportunités en phase avec le but de notre vie et nous pouvons choisir de les prendre ou non. J’ai senti qu’il voulait les prendre. Mais il y avait quelque chose qui le retenait. Il n’était pas totalement prêt.

Donc je ne l’ai pas forcé. Je l’ai libéré en sachant qu’une autre opportunité se présenterait à lui par quelqu’un d’autre. Ce qu’il ne sait pas, c’est qu’il a contribué à faire avancer mon âme.

Le karma peut aussi jouer un rôle dans nos contrats avec les gens, autant dans cette vie que dans la suivante. Quand nous n’apprenons pas nos leçons, l’univers nous donne une autre expérience pour l’apprendre, souvent avec la même personne.

C’est pourquoi vous remarquerez les mêmes tendances dans les relations et les circonstances de votre vie qui ne cessent de se répéter. Si vous voyez les mêmes motifs se répéter, demandez-vous: « Que puis-je faire différemment cette fois pour ne pas avoir à répéter cette leçon? »

Rappelez-vous que les contrats que nous concluons avec des personnes, sont tous intentionnels même s’ils semblent faux.

Aucun d’entre eux n’arrive par accident; vous les avez choisis pour faire avancer votre âme.

Alors, quand on vous met au défi, demandez-vous: « Que suis-je censé apprendre ici? » « Quelle histoire en moi se déclenche à nouveau? » soyez à l’affût de personnes avec une énergie similaire que vous attirez naturellement.

À la toute fin, quand nous avons réussi à survivre à la peur, à l’inconnu de ce qui se passe autour de nous, à l’exaltation et à la joie d’arriver à la dernière étape, nous savons que nous nous sommes exactement là où nous sommes censés être.

Sébastien R.    https://www.espritsciencemetaphysiques.com/

inspiration

5 choses que vous ne devez à personne, même si vous vous y sentez obligé

5 choses que vous ne devez à personne, même si vous vous y sentez obligé

Durant notre enfance, la plupart d’entre nous avons appris à satisfaire les autres, que ce soit notre famille, nos enseignants, ou nos amis. En grandissant, nous avons oublié de nous satisfaire nous-mêmes, de nous aimer et nous accepter tels que nous sommes. Par conséquent, nous sacrifions nos vies pour plaire aux autres.
Mais si vous ne vous aimez pas, vous ne serez jamais capable d’aimer les autres. L’amour de soi est le commencement de l’amour altruiste. Mettez vos besoins avant ceux des autres. C’est l’un des meilleurs choix que vous ferez et que vous ne devriez jamais regretter. C’est une des choses de base qui vous aidera à grandir en tant qu’être humain et vous donnera l’occasion de découvrir et de partager vos dons avec le monde.

La société nous met beaucoup de pression pour que l’on se conforme à un certain mode de vie. Quand on ne s’y conforme pas, nous devons souvent donner des explications. Les gens vous mettent la pression pour que vous fassiez ce qu’ils pensent être bien pour vous et que vous rendiez  des comptes sur vos moindres faits et gestes.

Il est incroyable de penser que vous leur êtes redevable et que vous êtes obligé de faire certaines choses pour leur renvoyer l’ascenseur. Gentil comme vous êtes, vous vous pliez à leurs exigences, en oubliant que vous ne leur devez absolument rien ! Reprenez les choses en mains, vous êtes seul maître de votre existence et personne ne peut et n’a le droit de vous imposer ses choix!

Ce sont 5 choses que vous ne devez à personne, même si vous vous y sentez obligé.

1. Expliquer votre vie amoureuse

Ou l’absence. La personne que vous décidez d’aimer, avec qui vous décidez de dormir ou ne pas être avec quelqu’un est un choix que vous faites pour vous-même. Si vous vous sentez obligé de vous installer et d’avoir des enfants, repensez à votre situation. Pensez à ce que vous voulez. N’ayez pas peur d’exprimer votre intention, mais ne vous y sentez pas obligé.

2. Des excuses.

Les gens peuvent faire pression sur vous pour que vous le fassiez, mais ne dites pas désolé si vous ne l’êtes pas. Vous pouvez expliquer pourquoi vous l’avez fait, mais ne vous sentez pas obligé de présenter des excuses.

3. Vous n’êtes pas obligé d’être d’accord avec tout le monde.

Mais vous pouvez ne pas être d’accord. Et vous n’allez certainement pas non plus changer de nombreux esprits qui ont une croyance opposée à la vôtre, et c’est bien. Mais ne laissez personne gâcher votre relation avec quelqu’un.

4. La façon dont vous vivez.

Votre façon de vivre vous appartient. Vous vivez votre vie exactement comme vous le voulez, et cela vaut également pour vos conditions de vie. Peu importe s’il se passe quelque chose de bizarre comme continuer à adopter plus de chiens ou votre ex qui s’effondre sur votre canapé. Vous n’avez pas besoin d’expliquer vos motivations.

5. Votre chemin de vie.

Vos choix de vie personnels, comme votre carrière et d’autres choix personnels, vous appartiennent. Si quelqu’un est curieux, parlez-en ! Mais ne vous ouvrez pas simplement parce que quelqu’un estime avoir droit à une explication.

Rappelez-vous simplement ceci :

« Ce que les autres pensent de moi ne me regarde pas. » Wayne Dyer

Et ensuite n’oubliez pas ceci :

« Vous êtes suffisamment seul, vous n’avez rien à prouver. » Maya Angelou

Claire C.   https://www.espritsciencemetaphysiques.com/
queue-baleine-1

Éclairez la route d’un adolescent

Aujourd’hui, nous aimerions traiter du sujet des adolescents, ces êtres qui se situent entre le monde de l’enfance et le monde des adultes. Les adolescents franchissent souvent une étape cruciale d’envol vers leur vie. S’ils n’ont pas d’appui, comme un tuteur pour un plant de tomates par exemple, ils pousseront de travers et seront en déséquilibre face à leur vie future.

Vous voyez de ces adolescents quotidiennement, n’est-ce pas? Faites confiance en votre instinct, en votre source. Si vous vous sentez inspirés à poser un geste de soutien, eh bien, agissez! Cela aura un tel impact sur leur futur. Soyez des êtres de lumière qui aident en posant des gestes conscients, des actions porteuses de semences de bonté et d’amour.

Les adolescents peuvent paraitre durs et fermés, mais l’amour vient à bout de tout, telle une flèche qui arrive droit au cœur et qui l’ouvre. Eux aussi souffrent intérieurement et ils n’ont nulle part où aller. Si vous servez de phare, vous illuminerez leurs blessures simplement par votre présence. Ces adolescents ont besoin. Ils s’oublient dans des habitudes malsaines et robotiques qui emprisonnent leur jeune vie. Ils se jettent dans des dépendances de toutes sortes pour oublier qu’ils existent. Eux aussi peuvent s’éveiller, s’éveiller à l’Amour, à une vie épanouissante. Si vous vous sentez interpellés par un adolescent ces jours-ci, allez vers lui, entrez en résonance avec son âme. Ce sera assurément le chemin gagnant.

Canalisé par Jésabelle, messagère des peuples de l’eau

Page 1 sur 3

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén