Comme le disait Sylvain Didelot dans son message : https://www.facebook.com/SylvainDidelotOfficiel/posts/1776326262613417:0

La constance est une clef du travail spirituel, avec la confiance et la conscience. Et la constance dans le travail intérieur, je connais depuis de longues année maintenant…

Eh bien voilà qu’encore et toujours de vielles mémoires cellulaires et transgénérationnelles se sont présentées à ma porte pour être balayées. J’ai parfois l’impression d’être comme le tonneau des danaïdes !

angeliqueBref, hier j’ai reçu le dernier soin vibratoire effectué avec Jésabelle, avant mon départ pour l’expédition.  Le dernier nettoyage avant le saut dans le nouveau monde (Comme “Angélique” ; oui je sais, c’est d’un autre monde ! ^^ ), le saut dans le grand bain des baleines, des cerfs…

Et, comme à l’accoutumé, ce fut un grand lavage à 90° et un essorage à plus de 2000 tours/minute !

Des ressentis que je n’avais encore jamais eu jusqu’alors, un feu intérieur (sans chaleur heureusement, autrement « au secours » !) qui brûle toutes les scories, une sorte de vortex qui aspire tout sur son passage. Et la sensation à un moment donné que ma tête faisait comme celle du hibou : facile 270° de rotation dans un sens et le reste du corps la même chose mais dans l’autre sens ! Oui je sais, ça fait un bon bout de temps que je me dis qu’il faut que j’arrête de fumer la moquette, merci de me le rappeler ! ^^

Enfin un truc de fou quoi, pour ensuite ressentir un espace intérieur vide, transparent, calme et serein… Résultat du soin : dynamitée, explosée, la tête toute ébouriffée ! Je crois que cet état doit rappeler à quelques personnes les soins qu’elles on fait avec moi !^^

kaamelotBref, je me suis endormie comme une souche et au petit matin pas mieux : j’avais l’impression d’avoir la couronne du roi Arthur de Kaamelot derrière le front et elle tournait, la bougresse, un peu à la manière une râpe où d’une ponceuse à bande… Bonjour le mal de tête, qui a disparu aussitôt levée ! Pas forcément dans une forme totalement optimale, mais…

Voilà, aujourd’hui je suis prête à partir !