Des voiles sombres s’étalent et diffractent la réalité ! Chacun enfermé dans sa bulle ressent cette étrange danse macabre. Le monde est perdu dans un abysse toujours plus assourdissant où chante pourtant une unique rengaine. Enfermé intérieurement par une vision sinistre où plus rien ne ressemble à rien, tous les repères ont volé en éclat, tout est différent, plus rien à quoi se raccrocher. L’ombre impalpable d’un chaos ambiant s’insinue toujours plus profondément en nous par toutes ces histoires incohérentes qui se ressassent derrière tous ces écrans de malheurs !

La peur générale affole les masses ! L’incompréhension totale désespère chacun qui se perd dans les méandres de ses croyances qui s’effritent peu à peu et restent exsangues dans leur vie ! La vie n’a plus de sens ! le monde n’a plus de sens ! Toutes ces histoires n’ont plus de sens ! Tout a perdu de son éclat et de sa superbe signifiance ! Tout se montre et pourtant plus rien ne se ressemble ! L’autre est devenu si lointain par le fossé de toutes ses peurs alimentées que nous nous retrouvons tous à des distances infinies. Chaque jour nous éloigne toujours plus de l’autre, du voisin et de la famille même, car quoiqu’il arrive, on pensera obligatoirement différemment les uns des autres.

Nos différences sont l’aliment de la discorde, mais pourtant elles sont aussi le seul terreau sur lequel nous pouvons tous, si nous le souhaitons vraiment, nous retrouver !  Nous ne pouvons plus retrouver le monde tel qu’il était ! Ce monde est mort ! Avons-nous le courage et l’honnêteté pour accepter l’idée que tel qu’il était, il nous rendait sans cesse malheureux ! Oui ce monde dans lequel nous vivions tous ne nous a jamais apporté le bonheur, peut-être des petits instants de bien être, mais jamais plus ! Ce monde est bel et bien fini ! Alors bon vent !

Nous nous réveillons tous de ce tourment ! Tout nous assiège, car tout cela ne veut plus rien dire et pourtant nous essayons de nous raccrocher encore à nos chimères, à toutes ces constructions qui telles des béquilles nous ont appris à tourner en rond ! Mais avant, c’était normal et même dans l’air du temps puisque tout le monde tournait sans cesse en rond ! Maintenant tout le monde prend conscience de sa propre révolution et ainsi de ce néant qu’ils alimentent constamment en lui et qu’ils projettent sur les parois de la vastitude de leur monde, ainsi ils se réveillent hagards !

Dans le monde d’avant, pour tous ces gens, on leur disait quoi penser ! On leur disait quoi dire ! On leur disait quoi faire ! Avant le monde ne faisait rien véritablement par lui-même ! Maintenant ils ne comprennent pas pourquoi ils ne savent plus penser, pourquoi ils ne savent plus quoi dire, pourquoi ils ne savent plus quoi faire ! Ils n’ont plus personne à quoi se raccrocher ni même à qui faire confiance, tous les masques des pères et repères qu’ils portaient à travers toutes leurs croyances tombent ! C’est une crise de confiance, non c’est pire, car c’est une crise de conscience !

Mais alors que veux-tu ? Que veux-tu vraiment ? C’est la seule question qui peut t’aider ! Tout le reste est là juste pour que tu puisses continuer de tourner en rond ! Regarde bien toute cette sinistrose, fait face à tous ces tourments que l’on te montre ! Réfléchis un instant ! Tout ce que l’on te montre est-ce à toi que cela arrive ? Pourquoi cela te touche tellement ? Pourquoi te sens-tu si mal ? C’est ce que tu vois qui te fait ça ? Alors pourquoi continues-tu de regarder tout ça ? As-tu besoin d’être mal ? Trouves-tu normal d’être toujours plus mal ? Toutes ces questions je te les pose ? Pourquoi te sens-tu obligé de toujours faire pareil ? Pourquoi te sens-tu obligé de penser toujours pareille ? Pourquoi te sens-tu obligé de croire à la même histoire ?

Cette histoire que tu vois sans cesse devant toi, d’où provient-elle ? Pourquoi tous la ressassent sans cesse ? Pourquoi tous s’y basent sans cesse ? Toute cette histoire, te fait-elle du bien à toi, à tes proches et aux autres ? Pourquoi toute cette histoire ?

Des voiles sinistres éclosent ! Une fleur géante et ténébreuse vient de naître en ce monde ! Elle apporte en son sein une odeur de souffre, tous médusés la regardent grandir, plus personne ne sait ce qu’elle est pourtant elle continue à grandir de toutes nos peurs, de tous nos doutes. Elle vit de nos ombres, de nos jugements et de tous nos préjugés qui éclatent tels un feu d’artifice d’incompréhensions ! Tout est utilisé pour qu’elle devienne énorme, écrasante, géante, inarrêtable…

Qu’elle est cette plante venue d’autres horizons ? Le monde ne la voit pratiquement pas dans sa forme vibrante ! Pourtant chaque être est branché dessus par des liaisons qui le dépassent et qui absorbent toutes ses énergies de terreur et de peur ! Le monde est devenu l’aliment de cette fleur de malheur !

Voilà ce qu’est le but de cette histoire qui tourne en boucle : alimenter cette plante de terreur et elle deviendra de plus en plus grande à chaque instant, puis bientôt elle sera encore plus grande que notre vaste terre ! Ses racines prendront chaque espace de terre et plus personne ne pourra voir autre chose quelle ! Dans cette vision tentaculaire où les plantes n’apportent plus la vie, mais bien la mort, l’histoire en devient si courte qu’elle n’apportera en son sein que la mort comme seule délivrance !

Pourtant seule cette histoire qui tourne en boucle est ce qui t’enchaîne ! C’est toi qui regarde sans cesse cette chaîne ! Cette chaîne est cela même qui t’enchaîne ! Ne peux-tu pas changer simplement de chaîne ? Ne peux-tu pas simplement ne plus écouter cette histoire ? Ne peux-tu pas simplement éteindre tous ces écrans de contrôle ? Tu es enfermé seulement dans l’histoire que tu valides et donc tu peux t’ouvrir à de nouvelles histoires ! Des histoires qui te feront du bien !

Ne dit-on pas que l’on reconnaît un arbre à son fruit ? Quel est cet arbre où tu t’abreuves à chaque instant ? Quel est ce fruit amer que tu ingères tout le temps ? S’il te fait si mal, pourquoi continuer de l’ingérer ? Tu peux encore manger ce que tu veux ? Ce fruit de misère et de malheur ne peut provenir que de cet arbre de mort, de cette plante où des voiles sinistres éclosent ! Comprends maintenant et surtout apprends et bien sûr rappelle-toi ! Sans ça tu continueras de tourner éternellement en rond autour de toi-même !

Pourquoi ne fais-tu pas attention à ce que tu ressens ? C’est pourtant parce que tu te sens pas bien que tu peux comprendre qu’il se passe quelque chose en toi de pas normal ! Ouvre-toi à ce que tu ressens, car là est le centre de qui tu es ! Cherche de nouvelles histoires qui te font du bien, car ainsi tu n’alimenteras plus cette plante de malheur, mais au contraire tu mettras au monde des arbres de vie !