Catégorie : Le mot du jour Page 1 of 66

LA PEUR DU CHANGEMENT CRÉE UN OBSTACLE À LA GUÉRISON !

Salutations Chers Frères et Sœurs de la Lumière,

Beaucoup de personnes aimeraient, souhaitent, implorent, projettent et supplient quelque chose ou quelqu’un qui pourrait les guérir. Encore une fois, ces personnes pensent encore que c’est par l’extérieur qu’elles vont régulariser leurs maux ou maladies. Cette façon de voir est plutôt celle de l’ego/personnalité qui croit que c’est par l’intermédiaire d’autres qu’elles vont s’autoguérir.

En fait, ces personnes ont peur du changement. J’entends par ceci qu’elles se fient sur l’ancien ou sur les autres pour arriver à une prétendue guérison. En réalité, c’est la peur du changement, celle d’avoir à changer leur point de vue qui envahit leur conscience et les empêche de modifier leur vision.

Ne cherchez pas à l’extérieur, tout est déjà en votre propre intérieur… votre propre Lumière peut vous autoguérir. Êtes-vous disposé(e) à changer votre point de vue en tournant votre conscience vers votre propre intérieur ? Si oui, vous vivrez un grand changement. Sinon, c’est que vous doutez, vous vous basez sur d’anciennes expériences qui n’ont pas fonctionné et que vous ne voulez plus revivre.

Dites-vous que l’autoguérison n’est pas un exercice axé sur des pensées extérieures, mais bien, sur l’ouverture du Cœur, celui qui vibre et sait de l’intérieur. À partir du moment où vous comprendrez que c’est par cette ouverture que vous réaliserez une guérison, la peur du changement en vous va littéralement disparaître, voire même se dissoudre. La raison est fort simple, vous serez plus en mesure de croire en vous plutôt qu’à l’extérieur de vous.

Serait-ce le temps de réaliser que tourner votre conscience vers le Cœur, vers ses Vertus, vers ses Dons et vers son Amour inconditionnel est la Clé de l’autoguérison ?

Posez-vous honnêtement la question. N’est-il pas le temps de changer mon point de vue de sorte que ma peur du changement n’envahisse plus ma conscience ? Cela implique d’assumer ce que nous sommes à l’intérieur et non sur ce que nous avons expérimenté, même si les résultats passés ont été décevants.

Que la Lumière Authentique Soit !

Yvan Poirier https://pressegalactique.com/

DÉBUTER 2023 DANS L’HARMONIE, LA JOIE ET L’AMOUR

Pour bien vivre cette nouvelle année qui s’est ouverte il y a quelques heures, voici un petit rappel essentiel :

Tout part de toi, alors reste relié à toi à chaque instant.

Émerveille-toi à chaque instant ! Laisse-toi guider par ton étoile qui éclaire ton chemin ! Écoute ta petite vox intérieure !

Sois en conscience de ce que tu vis et ressens dans ton corps, dans ton Être.

Porte attention à tes pensées et veille à ce qu’elles soient bienveillantes, positives et constructives.

Sache que ton pouvoir de création est immense et infini.

Passe la commande à l’Univers et mets-toi en mouvement… en vie ! N’attends rien de spécial et attends-toi à tout, laisse-toi surprendre, crée… Rejoint le Vivant !

Incarne chaque changement avec un élan, en allant dans ton quotidien par des nouvelles actions, aussi petites soient elles !

Aucune résolution à prendre cette année, elles n’auront pas le temps de tenir dans le temps. Tout va très vite… Ne te fige pas dans un choix qui sera vite dépassé.

Sois dans la Gratitude et l’ouverture du cœur pour accueillir à bras ouverts les bénédictions de l’Univers en réponse à tes créations.

Aime-toi avec authenticité et respecte-toi.

L’Amour est en chemin cette année et il sera donné à chaque cœur de rencontrer l’être aimé ! Sois disponible et ouvert !

Aime chaque personne rencontrée, car elle détient un message, un enseignement pour ton évolution.

Ne cherche pas l’extraordinaire dans un moment précis. Chaque instant de vie est empli d’ordinaire si extraordinaire.

Ouvre tes yeux au-delà des illusions, exprime ta vérité, celle que tu vis et non celle des livres ou des autres.

Prends conscience que le changement part de toi et que tu œuvres pour ta propre évolution. Mets de la joie dans chacun de tes actes !

Sois ce changement dans l’Amour que tu appelles de toute ton âme et de tout ton Cœur !

Autorise-toi, enfin, en 2023 à être totalement TOI, libre d’être cette merveilleuse personne, magicienne et alchimiste de tous les instants. Crée ton BONHEUR !

La Vie est un jeu, alors amuse-toi dans ta vie. Mets de la Joie et de l’Amour !

Meilleurs Vœux pour 2023 !

Auteure Laurence Simonnet laurencesimonnet.com

Neale Donald Walsch parle de l’arrêt de l’arrêt…

Il arrivera un moment dans votre mouvement à travers le processus d’expansion où le balancement entre l’arrêt et le départ, arrêt/départ sera basculée. Vous commencerez à faire plus de « démarrage » que d’ »arrêt ». C’est une partie naturelle du processus et à un moment donné, presque tous les arrêts cesseront.

Vous vous arrêterez lorsque vous serez enfin d’accord avec tous les arrêts précédents – et avec tous les arrêts qui se produisent dans le présent. C’est votre opposition à l’arrêt qui l’a fait continuer avec une telle férocité. C’est votre frustration face aux étapes d’arrêt que vous avez franchies, qui a mis un frein à votre démarche. C’est comme CwG nous le rappelle : Ce à quoi vous résistez persiste. L’opposition à quelque chose la fait avancer.

Laissez-moi répéter cela, car je ne pense pas que son impact vous ait encore frappé au point de l’ancrer dans votre esprit. Ce que j’ai dit, c’est que l’opposition à toute chose la fait avancer. Vous n’arrêtez pas quelque chose en vous y opposant, vous ne faites que l’accélérer.

C’est parce que la façon dont vous portez votre attention sur quelque chose produit la façon dont vous en faites l’expérience. L’attention est un outil puissant. Si vous accordez une attention positive à une chose, elle avancera de manière positive. Si vous lui accordez une attention négative, elle avancera de manière négative. Dans tous les cas, elle avancera. L’attention portée à une chose la rend plus grande. L’attention est un dispositif d’agrandissement.

Vous avez peut-être résisté à la première partie du processus d’expansion, ne comprenant pas que c’était un aspect naturel de toute la dynamique.

Le jour où vous commencerez à ne plus résister à l’arrêt, l’arrêt commencera à s’arrêter. Il ne s’arrêtera peut-être pas d’un seul coup, comme si quelqu’un touchait un interrupteur, mais il commencera à s’atténuer, comme si quelqu’un avait diminué le variateur d’intensité de cet interrupteur. Petit à petit, la pièce intérieure de votre vie (ce que j’aime appeler votre véritable « salon ») s’éclaire. L’obscurité s’estompe et la clarté s’intensifie. C’est ce qu’on appelle l’illumination.

La clé est de cesser de résister. Mettre fin à votre frustration personnelle et à votre auto-récrimination face à la lenteur de votre voyage spirituel est plus qu’important. C’est vital. La frustration et l’auto-récrimination ne font que produire plus de frustration et d’auto-récrimination. Comme le disait mon merveilleux professeur, le Dr Elisabeth Kübler-Ross, « la négativité ne fait qu’engendrer la négativité ».

Vous voici donc au début de l’étape de l’Élargissement sur le chemin de la conscience de soi. Vous avez déjà traversé tellement de choses. Vous êtes passé par l’abandon, l’exigence, le ressentiment, la dispute et le discernement pour arriver au Contentement. Vous voulez simplement y rester un moment. Vous voulez vous reposer. C’est tout à fait naturel. Pourtant, le désir intérieur d’en faire plus, d’aller plus loin, de progresser dans votre développement spirituel, d’élargir l’expression de ce que vous êtes vraiment, est indéniable.

Tout cela constitue une recette parfaite pour un conflit intérieur. Pour certains, cela peut même ressembler à une agitation intérieure. Il y a certainement des jours où cela a ressemblé exactement à cela dans ma vie. Pourtant, j’ai cessé d’être frustré par la lenteur apparente de ma prochaine étape, ayant atteint les hauteurs impressionnantes du contentement. Je me suis donné la permission de remarquer que cela fait simplement partie du processus. Et en lâchant prise, j’avance. Petit à petit, peut-être, mais j’avance. J’expérimente plus de « démarrage » et moins d’ »arrêt ».

Voici maintenant ce que je commence à faire :

1. Déclarer, intérieurement, qui je suis et qui je choisis d’être. Créer la prochaine version la plus grandiose de la plus grande vision que j’ai jamais eue de moi-même. Oser entrer dans cette vision plus souvent et plus complètement.

2. Faire face à ma tendance à la procrastination (dans beaucoup de choses, pas seulement dans mon développement spirituel) en allant de l’avant avec mes projets les plus importants (comme l’écriture de ce texte) et mon travail intérieur également (comme la méditation quotidienne, l’exercice physique et le réaménagement de mes habitudes alimentaires).

3. Cesser de nier qui je suis vraiment et commencer à agir comme tel.

4. Élargir mon concept de la façon dont je peux appliquer ma vision intérieure à ma réalité extérieure.

5. Remercier quotidiennement Dieu pour tout ce que je suis et tout ce que j’ai. (Je parle beaucoup de cela, mais je ne le fais pas autant que je sais que c’est bon pour mon âme).

6. Faire confiance à l’Univers, à la Vie, à Dieu pour qu’il m’apporte exactement ce dont je peux le plus bénéficier en ce moment et à chaque instant de ma vie, voir les opportunités qui se présentent à moi, les saisir et s’engager immédiatement à les faire avancer.

7. Me pardonner pour mon passé et laisser partir la douleur de la culpabilité. Prendre la résolution de vivre une nouvelle version de moi-même, de ne jamais répéter les comportements pour lesquels je me suis senti coupable, et le faire sérieusement.

8. Arrêter de mentir, immédiatement. Sachez que ce sont les petits mensonges qui me tuent. Les exagérations, les demi-vérités, les tactiques d’évitement, les cachotteries et les dissimulations qui, je le crois, me protègent des dommages, mais qui ne font que me permettre de continuer à me faire du mal et à en faire aux autres.

9. Donner à tous ceux qui m’entourent le pouvoir d’être, de faire et d’avoir ce qu’ils choisissent comme étant bénéfique pour leur propre voyage vers l’éveil et la conscience de soi.

10. Lire, lire, lire ; écrire, écrire, écrire ; prier, prier, prier, et rester en contact avec Dieu. Utiliser Dieu de plus en plus dans ma vie quotidienne, dans le moment présent de mon expérience, et devenir beaucoup plus créatif et beaucoup moins réactif dans mon environnement.

Ces dix « déclencheurs » m’ont mis sur la voie d’une nouvelle progression dans mon développement spirituel. Je prête plus d’attention à mon âme, et mon âme me récompense en faisant entrer dans ma réalité intérieure et extérieure ce dont j’avais envie – en particulier, une plus grande expérience de mon vrai moi. La troisième phase de l’expansion consiste à maintenir cette expérience.

Avec amour,

Neale

English version : https://eraoflight.com/

Traduit et partagé par la Presse Galactique

La conscience de la création : SE PERMETTRE D’ÊTRE

Changer n’est pas devenir quelqu’un d’autre.

C’est permettre à une meilleure version de soi d’émerger et de s’exprimer.

C’est se donner la permission d’être soi en toute Authenticité !

Évoluer pour s’accorder à l’essence de notre âme. Vibrer sur la fréquence de l’Amour.

S’autoriser à être ce que nous sommes à l’intérieur, réellement et à le rayonner !

Oser se montrer, à rire, à être la joie, à vivre l’Amour, à habiter pleinement la paix au cœur de notre être.

Se différencier des autres. Sortir du lot. Ne plus suivre le flot ou les pensées, les croyances collectives, de l’éducation, ou de la moralité.

Se libérer du regard de la société, du clan familial !

C’est accepter de déranger par cette nouvelle vibration, ce nouvel élan de vie qui poussent de l’intérieur vers l’extérieur.

Tout ceci passe par se reconnaître nous-même dans ce que nous sommes VRAIMENT !

Se laisser le choix et la liberté de rayonner cette énergie de Vie.

Se rappeler que la Vie est un Jeu divin !

Sommes-nous le pion ? Le dé ? Les règles du jeu ? La carte du jeu ?

Ne sommes-nous pas tout à la fois, du « je » au « jeu », et du « jeu » au « Je », il n y a qu’un pas…

La Conscience de la Création !

Laurence Simonnet laurencesimonnet.com

LA PAIX N’EST PAS UNE RÉCOMPENSE…

Beaucoup ne cherchent pas à grandir. Ils cherchent des solutions. Ils ne cherchent pas à étudier, ils cherchent la bonne méthode, la bonne personne qui réglera ce qu’ils souhaitent régler. Ils ne cherchent pas à cultiver la paix en eux-mêmes, ils cherchent à se sortir de la situation délicate dans laquelle ils sont et pensent qu’au bout, il y a la paix.

Dans leur réflexion, ils pensent toujours qu’une solution mène à la paix. Ils ne comprennent pas que c’est la paix qui mène à la solution. Ils ne cherchent pas à se prendre comme un point de départ, ils cherchent les raisons chez les autres, d’autres vies, un passé, un blocage… Ils ne cherchent parfois même pas à s’inspirer des autres, ils préfèrent penser que pour les autres tout est plus simple.

Mais qui sait ce qui se déroule dans le for intérieur de chacun ? Si vous saviez l’aide que l’on peut recevoir dès lors qu’on la demande à Soi-même ! Cette aide arrive en soi, et alors il ne faut pas fermer les yeux quand elle nous suggère de nous observer, de regarder cette victime que nous faisons vivre en nous. De constater les vibrations si pesantes des pensées que nous cultivons. Et d’enfin commencer par là. Cesser de perpétuer ces tribulations et ces histoires que l’on se fait vivre au-dedans, ces mêmes tribulations qui s’imposent comme une priorité sur notre paix intérieure. Comment cette paix est censée s’installer durablement si elle est considérée comme le bout du tunnel et non le commencement du chemin ? La paix n’est pas une récompense, mais le premier des remèdes.

Lulumineuse http://lulumineuse.com/

LA GUÉRISON EST SOUVENT RETARDÉE PAR LA PEUR DU CHANGEMENT

Salutations Chers Frères et Sœurs de la Lumière,

Beaucoup de personnes aimeraient, souhaitent, implorent, projettent et supplient quelque chose ou quelqu’un qui pourrait les guérir. Encore une fois, ces personnes pensent encore que c’est par l’extérieur qu’elles vont régulariser leurs maux ou maladies. Cette façon de voir est plutôt celle de l’ego/personnalité qui croit que c’est par l’intermédiaire d’autres qu’elles vont s’autoguérir.

En fait, ces personnes ont peur du changement. J’entends par ceci qu’elles se fient sur l’ancien ou sur les autres pour arriver à une prétendue guérison. En réalité, c’est la peur du changement, celle d’avoir à changer leur point de vue qui envahit leur conscience et les empêche de modifier leur vision.

Ne cherchez pas à l’extérieur, tout est déjà en votre propre intérieur… votre propre Lumière peut vous autoguérir. Êtes-vous disposé(e) à changer votre point de vue en tournant votre conscience vers votre propre intérieur ? Si oui, vous vivrez un grand changement. Sinon, c’est que vous doutez, vous vous basez sur d’anciennes expériences qui n’ont pas fonctionné et que vous ne voulez plus revivre.

Dites-vous que l’autoguérison n’est pas un exercice axé sur des pensées extérieures, mais bien, sur l’ouverture du Cœur, celui qui vibre et sait de l’intérieur. À partir du moment où vous comprendrez que c’est par cette ouverture que vous réaliserez une guérison, la peur du changement en vous va littéralement disparaître, voire même se dissoudre. La raison est fort simple, vous serez plus en mesure de croire en vous plutôt qu’à l’extérieur de vous.

Serait-ce le temps de réaliser que tourner votre conscience vers le Cœur, vers ses Vertus, vers ses Dons et vers son Amour inconditionnel est la Clé de l’autoguérison ?

Posez-vous honnêtement la question. N’est-il pas le temps de changer mon point de vue de sorte que ma peur du changement n’envahisse plus ma conscience ? Cela implique d’assumer ce que nous sommes à l’intérieur et non sur ce que nous avons expérimenté, même si les résultats passés ont été décevants.

Que la Lumière Authentique Soit !

Yvan Poirier https://pressegalactique.com

AUJOURD’HUI JE CHOISIS… la GRATITUDE !

Aujourd’hui, je choisis la gratitude. Ainsi, je me connecte à la vibration de l’amour. Je me reconnais dans cette énergie et je rends grâce à la vie.

Aujourd’hui, je remercie tout ce qui est en moi et autour de moi. Je remercie la vie pour ce qu’elle me donne. Je remercie pour la richesse de mes expériences et je les accepte.

Aujourd’hui, je remercie tous les êtres que je rencontre. Je suis consciente de ce qu’ils m’apportent, de ce que je vis par eux et à travers eux. Je grandis grâce à nos expériences communes.

Aujourd’hui, je remercie pour le bonheur, pour la joie d’être qui je suis. Je remercie les compréhensions de vie qui m’aident à grandir sur mon chemin de découverte.

Aujourd’hui, je remercie pour la nourriture que je mange. Je remercie pour l’eau que je bois. Je remercie pour l’air que je respire. Je suis reconnaissante pour ce qui me permet d’être en vie.

Aujourd’hui, je remercie mon corps de m’accompagner à chaque pas, à chaque souffle. Je lui en suis reconnaissante et je l’aime.

Aujourd’hui, je remercie la Terre, le ciel, les étoiles, le soleil, le vent, la pluie… J’ai de la gratitude pour l’ensemble des éléments qui forment l’univers dans lequel je vis.

Aujourd’hui, je remercie mon âme ainsi que mes guides, car ils me conduisent pas à pas dans la découverte du Soi. Je les remercie pour leur guidance, pour leur humour, pour leur sagesse et leur amour.

Aujourd’hui je remercie l’amour et la lumière qui me conduisent à chaque instant.

Mirena https://aucoeurdelunicite.com/

LE COURAGE D’ÊTRE SOI

Une société avilissante
Tout, nous invite à nous fondre dans la masse, à être des pions, des exécutants et j’irais même jusqu’à dire des esclaves.
Nous sommes considérés comme des consommateurs, comme des salariés ou des chômeurs, comme des électeurs, comme des contribuables ou des téléspectateurs…
La société a besoin de mettre les personnes dans des cases et dans des groupes pour mieux les identifier (ou pour mieux les contrôler).

Lorsque nous sortons du lot, nous sommes qualifiés de marginaux, d’idéalistes ou de fous.
La société juge, cependant la société c’est nous-mêmes.
Nous jugeons tout le temps : ceux qui sont trop gros et ceux qui sont trop maigres, ceux qui ont un travail et ceux qui n’en ont pas, ceux qui sont déprimés et ceux qui sont joyeux, ceux qui sont beaux et ceux qui le sont moins…

Il est donc difficile de ne pas être étiqueté par la société ou de ne pas se coller soi-même une étiquette. « Je suis de droite, je suis de gauche, je suis peintre, je suis riche… »

Est-ce vraiment cela être Soi ? Est-ce qu’une étiquette peut vraiment définir notre nature profonde ?

Le monde extérieur nous abreuve d’informations (radio, télé, internet…) et nous dicte notre façon de consommer, de choisir et de vivre. Dans ces conditions, comment savoir qui nous sommes vraiment ? Quel chemin devons-nous parcourir pour retrouver notre nature profonde ? Et y a-t-il un véritable courage à aller vers Soi ?

Nous ne sommes pas notre image
La première étape serait sans doute d’essayer de prendre du recul par rapport à ce monde dans lequel nous vivons et qui ne cesse de vouloir nous coller des étiquettes. Le chemin vers Soi débuterait par une prise de conscience des étiquettes qui nous collent à la peau et qui ne sont que des images de nous-mêmes se reflétant à l’extérieur. Il s’agit du « faire », de « l’avoir » et de l’apparence.
Qui suis-je à l’extérieur ? Qu’est-ce que je fais ? Quel est mon métier ? Quelles sont mes activités ? Qu’est-ce que je possède ? Quelle éducation ai-je reçue ? Quels sont mes principes ? Quelle est mon apparence ?
Il s’agit des étiquettes que nous avons fini par intégrer en pensant qu’elles étaient notre véritable identité.

Qui suis-je ?
Pour aller vers Soi, il faudrait maintenant tourner son regard vers l’intérieur et se demander de façon honnête :
Quelles sont mes valeurs fondamentales ? En quoi est-ce que je crois vraiment ? Qu’est-ce qui m’anime de l’intérieur ? Qu’est-ce qui me rend heureux ? Qui suis-je ?
Quelle est mon identité profonde ? Il s’agit de toutes ces questions en relation avec “l’être”. (Voir l’article “Retrouver sa lumière intérieure”)

Comment vivre en ayant le courage d’être Soi ?
Après avoir sondé son être intérieur, il serait intéressant de se demander s’il y a un décalage entre la personne que vous êtes dans le monde et celle qui habite à l’intérieur de vous.

S’il y a un fossé, alors vous pourriez faire l’exercice suivant. Tout d’abord, isolez-vous et faites le silence à l’intérieur. Prenez un papier et un stylo. Respirez profondément et fermez les yeux quelques instants. Lorsque vous vous sentez apaisé, posez-vous les questions suivantes en répondant sans trop réfléchir et notez vos réponses :

Qui suis-je quand je suis moi-même ? Qu’est-ce que je fais ? Où suis-je ? Avec qui ? (Avec quel type de personne ?) Comment est-ce que je me comporte ? Comment est-ce que je m’exprime ? Qu’est-ce que je ressens ? Quelles sont les qualités que je rayonne ? Qu’est-ce que j’apporte au monde ?

Le courage d’être soi réside dans le fait d’intégrer ses valeurs fondamentales dans sa vie quotidienne afin de retrouver l’harmonie entre le monde intérieur et extérieur.
Le véritable courage serait de parcourir ce chemin de l’extérieur vers l’intérieur puis de l’intérieur vers l’extérieur afin de ramener nos qualités profondes dans notre monde extérieur.

On peut être conscient que le monde n’est pas nous et connaître nos véritables aspirations sans pour autant avoir le courage de les exprimer et de les vivre.

Le courage d’être Soi, c’est donc :

Avoir conscience que nous ne sommes pas ce qui nous entoure
Aller à l’intérieur de soi de façon honnête pour savoir qui nous sommes vraiment
Agir et vivre selon nos valeurs profondes afin d’être en accord avec notre véritable nature
Avoir le courage d’être Soi, c’est avoir le courage de mettre au monde l’être sacré qui nous habite malgré les difficultés, les doutes et les jugements.

C’est un chemin difficile, mais passionnant qui nécessite foi et persévérance.
Faire l’impasse de cette voie, c’est prendre le risque de se perdre.

Cheminer sur cette route, c’est le cadeau que nous fait la Vie pour retrouver notre véritable nature.

Caroline Faget http://www.carolinefaget.fr/

AVOIR TORT EST UNE BONNE NOUVELLE…

La Vérité vous est toujours très utile – pas une vérité relative sur la perception, mais la Vérité essentielle de tout ce qui est. Chaque fois que vous vous sentez inquiet, vous niez la Vérité et tentez d’affirmer une vérité relative sur la perception. C’est juste une habitude – une habitude qui vient de la croyance que trouver et s’accrocher à une vérité relative sur n’importe quoi est significatif et utile. Permettez à cette croyance de s’asseoir dans la lumière, et vous êtes soulagé de la quête de trouver et de vous accrocher à des vérités relatives.

Chaque fois que vous ressentez une tension, cela signifie que vous avez tort, et c’est une très bonne nouvelle. Techniquement, cela signifie que vous avez mal pensé. Chaque fois que vous voulez argumenter, c’est à partir d’une base de tension qui signifie que votre pensée est incorrecte. Il y a une pensée antérieure à votre pensée par rapport à l’opposition de la pensée d’autrui. Lorsque vous perdez tout intérêt à argumenter, vous pouvez vous tourner vers ce qui est antérieur à l’argument et opposé. Regardez vers ce qui est antérieur à la dispute, où votre adversaire apparent est tenu, porté et aimé, et vous réaliserez que vous-même et tout ce que vous regardez ou pensez est toujours tenu, porté et aimé. Reposez-vous ici, où il n’y a pas d’opposition, et sachez que tout le monde est avec vous ici.

Le sentiment d’avoir raison en opposition à l’erreur de quelqu’un a une nouvelle signification maintenant. Il signifie ceci : Je préfère. Si vous accordez de la valeur au fait d’avoir raison à côté d’un autre qui a tort, alors vous préférez voir votre frère ou sœur divin(e) tel(le) que l’ego vous le montre plutôt que tel(le) qu’il(elle) est réellement.

Vous avez toujours une autre option. Je préfère. Je préfère voir celui-ci tel qu’il est plutôt que tel que l’ego me dit qu’il est. Quand je le vois tel qu’il est, je peux me voir tel que je suis.

Dans la mesure où vous pouvez vous sentir perturbé par tout ce que dit quelqu’un, c’est la mesure dans laquelle vous croyez que la séparation est réelle. Lorsque vous voyez le problème comme étant votre propre perception causée par la croyance, vous pouvez permettre la correction. Posséder un problème au lieu d’avoir raison sur un problème est la clé de votre liberté et de votre bonheur – votre conscience que la liberté et le bonheur, indépendamment des conditions perçues, sont ici et réels pour vous en ce moment.

Débarrassez-vous du fardeau que représente la volonté d’avoir raison, et permettez à la lumière de vous montrer ce qu’elle veut.

Notre volonté est éternelle et brillante, et c’est notre joie de vous montrer que ce qui est nôtre est à jamais vôtre.

Julie Boerst

English version : https://lovesbeginning.com/

Traduit et partagé par la Presse Galactique

MOMENT par MOMENT

Ressenti : Tu as l’impression que tu es débordé et que c’est trop. Tu te sens découragé et tu as peur de ne pas y arriver. Tu ressens que tu portes toute cette responsabilité à toi seul et selon l’objet qui a déclenché tes émotions, tu peux te sentir non soutenu par autrui.

Illustration : À l’image d’une montagne de vaisselle à effectuer, tu es énervé et découragé en même temps, à l’idée du temps et de l’énergie que cela pourrait te prendre, pour finir cette tâche ou pour faire aboutir un projet.

Aide ton corps : Arrête-toi 5 minutes, ferme les yeux et respire lentement. Concentre ton attention sur le soulagement que tu ressens lorsque tu expulses tout l’air, bloque la respiration 1 à 3 secondes, et concentre ton attention sur ta cage thoracique qui se remplit d’air à l’inspiration, bloque la respiration 1 à 3 secondes. Tu peux le faire jusqu’à ce que tu ressentes la détente de tes muscles dans tout ton corps.

Changement de point de vue : La tâche ou le projet que tu souhaites terminer se déroule par étapes. L’organisation ou la manière de procéder la plus efficace pour arriver au terme de ton projet n’est pas celle de ton mental, qui organise tout tel un ordinateur, c’est celle qui t’est inspirée maintenant, lorsque tu te laisses aller à vivre l’instant. À ce moment précis, tu regardes ce qu’il y a à faire tout simplement et tu choisis un état d’être… détendu ou crispé, confiant ou anxieux. Si la crispation et l’anxiété reviennent à tout moment, tu peux recommencer et choisir la détente, jusqu’à arriver à stabiliser ton état. Peut-être qu’une ambiance, comme de la musique, des bruits d’oiseaux ou tout ce qui te procure de la détente, peut renforcer cet état, tout en effectuant ton action. Lorsque tu agis dans cet état, le temps semble passer plus vite, et la tâche effectuée ne s’est pas révélée si longue ou si ardue que ton mental avait projeté, dans un état d’anxiété. Si le timing est serré et que tu ne peux terminer à temps la tâche, tu peux soit demander de l’aide à autrui et déléguer, soit finir plus tard et lâcher l’idée qu’il fallait absolument terminer maintenant. Rien n’est grave quand on relativise, il y a toujours des solutions, du moment où l’on accepte de se détendre et de laisser couler.

Delphine ORIEUX

Source : https://ouvrir-son-coeur.fr/

Page 1 of 66

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén